Loretta Banana

mode

Dapper Day à Disneyland Paris !

Première pause photo sur Main Street USA avec Jess & Doren

Il en faut, peu, pour être heureux, vraiment très peu pour être heureux, il faut se satisfaire du nécessaiiiire !

Et mon nécessaire : mes amis, des jolies robes et Disneyland Paris en ce Dapper Day du 5 mai dernier (vous pourrez même voir ma bobine sur le flyer de l’événement ) ! Peut-être d’ailleurs vous demandez-vous encore ce qu’est le Dapper Day ? C’était mon 2e au sein de Disneyland Paris, mais ces événements existent depuis longtemps aux USA et ont pris une ampleur phénoménale là-bas : on y trouve des stands de marque vintage et les rassemblements y sont impressionnants, Dita Von Teese y a même organisé un book signing lors de la dernière édition US !

Plus concrètement, il s’agit de s’habiller de manière chic, rétro ou pas (mais c’est tout de même plus authentique), un peu comme le faisaient les gens à l’époque de l’ouverture du parc Disney dans les années 50. Aujourd’hui, le Dapper Day s’ouvre même au Disney Bound, autre courant qui lui n’est pas forcément rétro mais qui correspond à l’idée d’imaginer une tenue reprenant les codes couleurs d’un personnage Disney identifié (par exemple un noeud rouge dans les cheveux, un haut bleu et une jupe jaune pour Blanche-Neige).

Autre élément important à savoir : le Dapper Day est accepté par Disney mais n’est pas organisé par lui ! C’est donc vraiment une entité à part entière, laquelle vit à travers d’autres événements que vous pourrez d’ailleurs trouver sur leur site officiel. Si d’ailleurs le sujet vous intéresse, je pourrais même faire un petit post “vintage” de photos prises à Disneyland dans les années 50 pour vous inspirer et vous en dire plus sur ce thème ?

“It’s a small world after all” ou comment vous bousiller le cerveau avec une musique les 5 prochaines heures. Ne me remerciez pas.

Quoiqu’il en soit, cette journée fut à la hauteur de mes espérances : le soleil brillait, les tenues étaient tout aussi époustouflantes, j’ai passé une journée magique avec mes amis et surtout j’ai pu faire des rencontres vraiment super, notamment avec la jolie et talentueuse Rose Grey qui était mandatée pour faire des portraits des participants et m’avait gentiment proposé de me dessiner, ce que j’ai bien sûr accepté avec joie ! Vous trouverez la photo du dessin à la toute fin de cet article.

Alors, accrochez votre ceinture, deuxième étoile à droite, et tout droit jusqu’au matin : je vous emmène avec moi (et mes amis Jess et Doren) dans ce Dapper Day à Disneyland Paris !

Comme vous le constatez, j’avais opté pour une tenue très Safari chic, aussi je n’avais qu’une idée en tête : faire quelques photos dans un endroit un peu caché d’Adventureland, que j’ai pour tout vous dire découvert il y a seulement un an. Une surprise se cache même dans les photos suivantes !

Tada ! Avec mes gars sûrs, j’ai nommé Kaa (le serpent du Livre de la Jungle pour les incultes ici bas) et Zazou l’oiseau rabat-joie (qu’on adore quand même) dans le Roi Lion ! (Si vous ne savez pas où se trouve cet endroit – un peu caché- laissez-moi un petit commentaire et je vous expliquerai tout ça !)

“Sympa ta robe ! Elle vient d’où ?” Kaa

Bon, et comment vous dire que j’ai frôlé l’hystérie quand j’ai vu que mon pote Baloo n’était pas contre danser une petite Macarena avec moi !

La talentueuse Rose Grey a immortalisé ma tenue, et c’est l’adorable Bulle de Mint qui elle a immortalisé le moment. Merci à vous les filles 

Si un détail de ma tenue vous intéresse, en voici les références. Je porte :
Une robe MONOPRIX (oui, oui, oui !)
Des chaussures MISS L FIRE (modèle Loretta ) et MONOPRIX (ne me jugez pas, mais piétiner toute la journée en talons à Disney, ça épuise)
Une capeline H&M (de l’an dernier)
Un sac ESPRIT excessivement vintage (il doit dater d’il y a 10 ans, offert par ma mamie, et je l’adore toujours autant ! Ils devraient refaire des modèles comme celui-ci !)
Des boucles d’oreilles pompons H&M
Une bague SWAROVSKI
Des bracelets vintage
Des lunettes SWAROVSKI
(Et un joli badge Dapper Day sur le col de ma robe )

Je remercie également l’amoureux de Jess qui a consciencieusement pris toutes les jolies photos de Jess, Doren et moi. Merci Oli ! J’espère que ce post vous aura plu, et si vous comptez vous rendre au prochain Dapper Day, faites-moi signe. 

Glamour Film Noir

« I can afford a blemish on my character, but not on my clothes. » Cette phrase est extraite du film “Laura”, un film noir de 1944 et dont l’héroïne est fascinante et interprétée par Gene Tierney. L’univers des polars et des films noirs a été notre principale source d’inspiration dans cette série de photos réalisée il y a quelques mois maintenant mais que je n’avais pas pu partager à l’époque faute d’avoir mon propre espace. 

Je profite donc de ce blog tout beau et tout neuf pour vous livrer quelques unes de mes photos préférées, réalisées dans un bar à cocktails dans lequel j’ai quelques habitudes, Le Fou, situé dans une petite rue perpendiculaire aux Grands Boulevards (en face du nouvel hôtel Hoxton).

Cet endroit me semblait idéal avec son mobilier art déco d’époque (dont leurs vieux sièges de cinéma dans lesquels on peut siroter un cocktail) pour accueillir notre shooting, avec mon Doren adoré que vous pouvez apercevoir ici en apprenti pianiste (et moi en groupie – du pianiste -) et qui s’est également chargé de toute ma mise en beauté. J’ai d’ailleurs depuis adopté ce rouge iconique de chez Louboutin Beauté qu’il m’a laissé en souvenir, d’un rouge vif et sombre à la fois et qui résiste à toutes les épreuves ! Je me garde de le porter trop souvent de peur de le finir un jour !

Les photos quant à elles sont l’oeuvre de mon ami Pras avec qui je me réjouis de refaire une séance je l’espère bientôt, et cette fois-ci avec mes éventails à plumes !

Body : Boohoo
Jupe brocart : Marilyn Feltz
Jonc : vintage
Boucles d’oreilles : H&M
Bague lune : Swarovski
Collants : Rouge Gorge Lingerie
Escarpins : André (offerts par une amie) ❤
Soutien-gorge cage : Etam
Pochette en velours toile d’araignée : Lena de Cut & Sewed ❤

Merci au bar Le Fou pour nous avoir prêté leur sublime espace le temps d’une après-midi. Je vous conseille leurs délicieux cocktails, à siroter au 37 bis rue du sentier, Paris 2e.

Soirée Glamour avec Top Vintage

Life is a party, dress like it!“. Oh, comme j’aime ce petit dicton qui résume à merveille ma vision des choses ! Pour moi, il n’y a pas de jour particulier où porter de l’eyeliner ou pour mettre une robe élégante ! Bien au contraire ! C’est souvent même une manière pour moi de me donner du courage, de trouver une certaine confiance mais aussi par simple goût de l’esthétisme.

Or je dois bien l’avouer, force est de constater que la mode actuelle manque souvent cruellement de distinction et d’élégance. J’ai donc bien souvent un peu de mal à trouver chaussure à mon pied ou bien alors il faudrait que j’y laisse mon livret A, ce qui serait bien ennuyeux vous en conviendrez. Aussi, quand on m’a donné l’occasion de découvrir plus en détails l’e-shop Top Vintage, je n’ai pas hésité longtemps !

Cette boutique virtuelle multimarque est originaire des Pays-Bas et s’est faite connaître par ses collections de vêtements inspirés des années 20 à 70 environ. Il ne s’agit donc pas de vintage mais bien de reproduction (et je dois dire que ce n’est parfois pas plus mal : j’adore le vintage mais combien de fois ai-je craqué le zip de certaines de mes robes ? Je n’ose même plus compter !).

Il y a donc quelques semaines, mon acolyte Jess et moi-même nous sommes rendues dans leur boudoir éphémère, le temps d’une soirée à vrai dire, dans l’une des petites loges du théâtre Mogador. Nous avons eu l’occasion de pouvoir voir de plus près leur collection printemps/été 2018, pleine de robes en vichy style Bardot, de jupons froufroutant, de combinaisons façon petit marin d’eau douce et d’accessoires tous plus féminins les uns que les autres !

C’était donc pour moi une superbe découverte et j’ai déjà repéré quelques pièces qui pourraient bien venir vous faire de l’oeil ici dans peu de temps ! J’ai d’ailleurs eu un coup de coeur pour leur collection Vintage Diva qui représente absolument tout ce que j’aime : des formes féminines, un style glamour et une production en Europe à des prix que je trouve vraiment raisonnables (environ 139€ la robe).

Outre donc ces jolies tenues, nous avons eu droit à une soirée incroyablement glamour, ponctuée d’un show Burlesque par Charly broutille (que j’avais déjà vue à la Nouvelle Seine au Cabaret Burlesque et qui est adorable de simplicité), ainsi que d’un mini-concert des Satin Dollz, habillées en Top Vintage pour l’occasion. D’ailleurs je vous invite à suivre leur compte Instagram si vous aimez les univers musicaux rétro, puisqu’elles reprennent essentiellement des standards des années 50 qu’elles interprètent en petites chorégraphies absolument délicieuses.

Enfin, c’était aussi l’occasion de rencontrer “en vrai” certaines filles avec qui j’échangeais déjà sur Instagram, notamment Lily Porcelaine, avec qui j’ai été ravie de papoter durant la soirée !  Je tenais également à remercier sincèrement l’équipe si glamour de Top Vintage, disponible et si avenante pendant la soirée, c’était un délice !

Pour retrouver Top Vintage, c’est juste ici !

PS : merci à Jess pour les photos ❤

 

Dans ma bibliothèque… #3 Femmes féminines et féministes

« Reading gives us somewhere to go when we have to stay where we are. » (Lire nous donne quelque part où aller quand nous avons à rester là où nous sommes)

Dernièrement je me suis plongée dans le destin de deux femmes qui, même si elles ne sont pas de la même époque, partagent une force et une détermination sans limite, et une féminité exacerbée qui n’entrave pourtant pas leur indépendance et leur féminisme.

Sens Dessus Dessous – Chantal Thomass (Editions Michel Lafon)

Je ne vais pas passer par quatre chemins : j’ai dévoré cette autobiographie car je suis une grande admiratrice du travail de la célèbre couturière de lingerie Chantal Thomass. J’ai eu la chance de rencontrer cette femme souriante et fascinante par deux fois, et j’avais forcément envie d’en découvrir davantage sur son parcours. Mon avis est donc forcément assez subjectif sur la question.

Et pour moi qui ne la connaissais de notoriété que depuis quelques années finalement, de par son travail audacieux et raffiné en lingerie, puis au travers de nombreuses collaborations comme pour le Crazy Horse (dont je parle ici d’ailleurs), j’ai été subjuguée par son parcours et sa détermination. Sans vous dévoiler tous les rebondissements, les succès et les embûches qui se sont dressés sur son chemin, j’ai une fois de plus compris, dans cette période transitoire pour moi qui suis en pleine reprise en main de ma vie, que rien n’arrive au hasard et que seul le travail, l’acharnement et le talent peuvent vous mener vers la réussite et que les déconvenues sont malheureusement souvent présentes derrière les paillettes et qu’elles font partie du “jeu”.

Mais je ne suis pas là pour parler de moi, mais de Chantal ! Et moi qui raffole de ses collants et bas toujours originaux et féminins, j’ai d’ailleurs appris qu’elle était la première personne au monde à inventer le collant dit “fantaisie” ! C’est aussi grâce à elle que nous devons la démocratisation d’une lingerie féminine et de qualité dont elle a le secret, elle qui a osé mettre ces pièces destinées à être camouflées sous les vêtements sur le devant de la scène, lorsqu’elle créait encore du prêt-à-porter en n’hésitant pas à dévoiler un corset sur un vêtement ou un soutien-gorge comme un habit de sortie. Car peut-être ne le savez-vous pas, mais même si Chantal Thomass est associée immédiatement à la lingerie, elle a pourtant débuté,  à l’époque du Palace et des grands couturiers Français comme Kenzo, Jean-Paul Gaultier ou encore Christian Lacroix dans le monde de la Haute Couture. Ce sont d’ailleurs grâce (entre autre) à ses défilés époustouflants et avant-gardistes que son nom a commencé à se faire connaître.

Je ne vous en dis pas vraiment plus car ce livre recèle de rebondissements et me semble être une leçon de vie incroyable et authentique sur le monde de l’entreprenariat et de la mode vu par le prisme d’une femme – et quelle femme ! J’étais aussi ravie de voir que nous partageons le même point de vue sur la féminité, notamment concernant la lingerie : beaucoup de féministes se sont insurgées contre l’image que Chantal Thomass pouvait véhiculer des femmes, à savoir une féminité exacerbée, pétillante, audacieuse, malicieuse, parfois même à la limite de l’érotisme.

Un peu comme si porter une lingerie aussi polissonne et coquine assujettirait les femmes à un rôle d’objet, cherchant coûte que coûte la séduction et l’approbation dans le regard masculin. Or c’est justement tout le contraire : et si la lingerie et les apparats féminins ne servaient qu’à se séduire soi-même ? Pourquoi ne devrait-on porter de jolis sous-vêtements que lorsque nous avons un rendez-vous galant ou pour séduire l’autre ? Se séduire et se faire plaisir à soi-même est la véritable priorité, et si par la même occasion nous réussissons en chemin à séduire d’autres personnes, alors c’est encore mieux, non ? Le sujet me semble d’ailleurs assez proche de l’univers du Burlesque et de la féminité sur scène qui, bien au contraire, confère un certain pouvoir et une domination (relative) en acceptant de se montrer nu(e).

En somme, ce livre a résonné en moi de bien des manières, alors Madame Thomass, si vous passez par là, merci ! 

A lire si… vous aimez la lingerie, la féminité, les parcours de femmes fortes et déterminées, mais aussi si vous vous intéressez au berceau de la création de la mode Française !


L’espionne – Paulo Coehlo (Editions Flammarion)

L’écrivain Paulo Coehlo connu notamment pour son célèbre livre “L’alchimiste”, que j’avais lu, il y a des années de cela, s’est intéressé à l’histoire de la “première” véritable effeuilleuse, Mata Hari, qui a endossé de nombreuses casquettes, outre son talent pour la danse : courtisane, femme libre et espionne pour la France (rien que ça, oui). Son destin aussi tragique (elle a été fusillée à Vincennes, ville que je chéris pourtant sous bien des aspects…) que passionnant m’avait interpelée et j’avais envie d’en savoir davantage sur cette femme hors du commun et visiblement très en avance sur son époque.

Malheureusement je n’ai pas été transcendée par le récit de Paulo Coehlo, non pas que l’histoire n’était pas intéressante, puisque j’ai trouvé le personnage de Mata Hari fascinant (et je compte d’ailleurs compléter cette lecture avec d’autres documentations sur ce sujet), mais j’ai trouvé cet ouvrage un peu trop superficiel à mon goût. J’ai eu la désagréable sensation de survoler des épisodes de sa vie qui pourtant me semblaient décisifs, et bien que l’on sente un véritable travail de détails et d’authenticité de la part de l’auteur sur l’historique, je suis restée sur ma faim/fin. A la place, l’auteur digresse en sujets philosophiques pour donner du relief à l’histoire, mais cela m’a finalement perdue en route.

Je suis cependant contente de ce premier aperçu sur le destin de cette femme iconique, féminine et indépendante (c’est ce qui l’a d’ailleurs perdue…) puisqu’il m’a tout de même donné envie d’en savoir plus et je complèterai ce post avec mes nouvelles lectures.

A lire si… vous souhaitez un aperçu rapide sur le destin de Mata Hari (le livre fait un peu + de 200 pages, donc rapide à lire) ou si vous êtes un fan de Paulo Coehlo car on y retrouve son style d’écriture et ses réflexions philosophiques.