Loretta Banana

Month: December 2017

Crazy in love du Crazy Horse !

(Cet article a été écrit à l’époque de la revue “Sens Dessus Dessous” au Crazy Horse.)

Je vous le promets : le blog ne devient pas une « revue » de tous les cabarets Parisiens. Pourtant, il faut bien se rendre à l’évidence, je me suis encanaillée allègrement dans ces lieux de glamour depuis le début de l’année ! Et j’ai donc traîné mes peep toes vertigineuses jusqu’au Crazy Horse en février pour la 4e fois, et pour la 2e fois au spectacle de Chantal Thomass « Dessous Dessus » avec mes copines de cours de danse. La première fois, c’était par un coup de grâce via Orcanta, mais tout était si beau et le spectacle passe si vite que j’ai eu envie d’y retourner pour mieux appréhender les détails.

Chantal Thomass, dont l’univers féminin et mutin me parle tant, a imaginé 5 tableaux et revisité certains numéros de la revue en habillant (pour mieux déshabiller) les filles du Crazy tout en travaillant aussi étroitement sur les chorégraphies et les mises en scène. Le coup de cœur a été total et je me suis pressée de vous écrire ce post car ce show prendra fin le 31 mars 2017 et croyez-moi : vous seriez déçus de rater ça ! J’ai donc listé 10 raisons pour lesquelles vous devriez aller au Crazy Horse (maintenant, et même après !)

1 – La Lumière
C’est certainement la première chose qui m’a frappée au Crazy Horse : la lumière ! Comme dans tout show, celle-ci est extrêmement importante, mais ici elle semble pensée spécifiquement en amont des chorégraphies, de sorte que les danseuses, malgré leur nudité, sont habillées de lumière ! Certains tableaux sont d’ailleurs assez incroyables puisque, selon les mouvements de la chorégraphie, certains espaces de la scène s’éclairent, comme si les danseuses avaient le pouvoir d’allumer ou d’éteindre la scène !

2 – Le tableau « Reine des Cœurs »
Ce numéro est une création originale de Chantal Thomass parmi les 5 créés par la créatrice de lingerie (tous absolument sublimes). J’ai été frappée par le soin et l’attention aux détails apportés à chaque tableau, imaginé un peu comme une pièce de lingerie haute couture. Il m’a été difficile de n’en sélectionner qu’un seul, pourtant je crois que le Reine des Cœurs est celui qui m’a le plus envoutée ! La mise en scène, les tenues, la chorégraphie, tout est pensé avec soin, glamour et minutie : les danseuses sont dans « l’attitude », jouent du regard du public avec malice et la mise en scène est absolument sublime ! Il y est question de jeu de cartes et de dame de cœurs, et la musique n’est pas étrangère à mon coup de « cœur » : sans trop vous en dévoiler, je vous dirai juste qu’il s’agit de la reprise de « Oops I di dit again » de Britney Spears par Scott Bradlee’s Postmodern Jukebox (un collectif qui reprend des standards pop façon vintage).

3 – La bouteille de Champagne cuvée Crazy Horse
Quel délice que de pouvoir siroter votre coupe de Champagne pendant le spectacle ! Et j’avoue être repartie avec ma bouteille vide en souvenir lors de ma première fois là-bas, et celle-ci me sert désormais de vase et s’affiche dans ma déco !

4 – Les dessous de Chantal Thomass qui habillent le spectacle
Nul besoin de repréciser à quel point je suis admiratrice de l’univers de Chantal Thomass. Alors voir ses créations s’animer lors de chorégraphies est forcément un plaisir d’esthète, surtout lorsque j’ai pu reconnaître certaines parures que je possède (malheureusement je ne les porte pas aussi bien que les filles du Crazy, haha !). D’ailleurs, pour être une fidèle du lieu, je peux vous dire qu’il est rare de voir les danseuses autant « habillées » !

5 – La salle de spectacle « boudoir » et le rideau cristallisé
La salle n’a rien à voir avec les immenses espaces du Moulin Rouge ou du Paradis Latin, par exemple. Ici, tout est très feutré, intime, la scène n’est pas très grande et du coup on peut vraiment profiter du spectacle en quasi « HD » ! Et ce rideau scintillant ! Il me rappelle l’entrée de Jessica Rabbit sur scène dans le film de Disney !

6 – Les bouches qui scintillent devant le Crazy
La bouche est le symbole iconique du Crazy ! Si vous vous promenez donc près d’Alma Marceau, sur l’Avenue George V, vous avez forcément lever les yeux sur ces néons en forme de bouche ! Un passage selfie obligatoire !

7 – les WC
Je dis toujours que mes WC préférés de Paris sont ceux du Crazy ! J’aime l’atmosphère japonisante des esquisses aux murs, les rideaux de fils métalliques qui rappellent le numéro « Good Girl » pour y rentrer mais j’adore surtout (et c’est peu de le dire) leurs WC double ! Ainsi, pas question de couper votre conversation avec votre meilleure amie, le WC comporte deux assises, pour continuer de papoter !

8 – Le service
Le personnel est adorable ! De l’entrée et de ce monsieur, toujours fidèle au poste avec son grand chapeau, à la boutique, en passant par les serveurs, j’ai toujours été accueillie comme une princesse, et c’est assez rare à Paris pour être noté !

9 – La boutique
Et oui… jamais une visite ne passe sans que j’aille m’offrir un souvenir de la boutique, histoire de prolonger le glamour à la maison ! Ils ont de ravissants objets, dont notamment un éventail avec des dessins de jambes, signé Chantal Thomass, mais aussi de la lingerie, et d’autres souvenirs, pas kitsch pour un sou ! (J’avoue que je me suis acheté leur tee shirt pour me motiver lors de mes cours de gym haha !)

10 – Le lieu, tout simplement !
Si mes 9 bonnes raisons précédentes ne vous ont pas convaincus, je vous suggérerai juste de me faire confiance et d’y aller les yeux fermés (enfin, pas trop pendant le spectacle, hein) car c’est pour moi, avant d’être un cabaret incontournable, un lieu iconique du Paris glamour, et de Paris, aussi, tout simplement ! Voilà donc 65 ans que le Crazy Horse enchante, vampirise et hypnotise les nuits de la capitale, et j’en suis la preuve vivante : il me tarde d’y retourner !

Zou bisous bisous ! 💋✨

 

Dans ma bibliothèque… #2

« Reading gives us somewhere to go when we have to stay where we are. » (Lire nous donne quelque part où aller quand nous avons à rester là où nous sommes)
marilyn-monroe-reading

Dans la continuité de mon premier article sur ma bibliothèque, je viens vous parler aujourd’hui de deux nouvelles lectures qui ont rythmé mon été (il était donc temps que je vous en fasse état !). Deux romans aux époques différentes et aux personnages diamétralement opposés mais ayant un vecteur commun : l’amour et la romance perdue.

Deux amours perdus donc, deux destins sur l’acceptation de la perte de l’être aimé et tous les souvenirs et la nostalgie qui en résultent. Pas le sujet le plus festif qui soit, mais la lecture de ces deux histoires m’a profondément touchée et soyez rassurés sur une chose (car oui, je vous vois tiquer d’ici) : nous sommes bien loin de l’histoire à l’eau de rose “cliché”. (Et puis de toute façon, j’ai horreur de ce type de mièvrerie, sauf quand il s’agit de Disney. On a tous nos faiblesses et je sais que certains d’entre vous regardent Joséphine Ange Gardien dans le secret le plus total. Alors hein.)

Grégoire Delacourt – La première chose qu’on regarde
livre-la-premiere-chose-qu-on-regarde-gregoire-delacourt

Peut-être en aviez-vous entendu parler au moment de sa sortie : ce livre avait fait grand bruit et entraîné son auteur dans un procès kafkaïen contre… Scarlett Johansson. En effet, la protagoniste du bouquin est décrite comme lui ressemblant trait pour trait, mais la relation avec l’actrice s’arrête ici (ou presque). Je dois admettre que je ne suis pas une grande fan de cette célébrité et trouve ce procès complètement injustifié, compte tenu du contenu du livre et de ce que ses lignes ont de flatteuses pour Scarlett Johansson.. Mais soit, ce n’est que mon humble opinion !

Opinion qui a au moins eu le mérite de m’intriguer au point de me renseigner sur ce roman, alors même que je ne suis pas non plus une fana des romans ancrés dans une réalité trop ordinaire et contemporaine (et c’est pourtant le cas ici). Piquée par la curiosité, et partant avec un lourd bagage (celui de ne pas apprécier Scarlett contrairement à ces messieurs), je décide malgré tout de m’attaquer aux premières pages…

L’histoire, bien qu’un peu abracadabrante, est racontée avec une simplicité touchante : au fin fond de la France, une jeune femme sosie de Scarlett se fait passer pour la star pour pouvoir se réfugier chez un jeune garagiste charmant (qui ressemble à Ryan Gosling, “mais en mieux”) pour fuir une réalité qu’elle ne supporte plus. De là, naît une idylle émouvante et forte entre deux écorchés vifs. Je ne vous en dis pas plus, le roman comporte de très très beaux passages, autour de l’amour et la vie en général, je me suis surprise à les relire plusieurs fois parfois. La lecture est simple mais pas ennuyeuse, mais parfois (et c’en est presque déconcertant) à la presque limite de la maladresse (notamment sur la narration du jeune homme, au tout début de l’histoire, qui y va de quelques généralités à l’égard des femmes et leurs physiques, si mes souvenirs sont bons, que j’ai trouvées un peu scabreuses).

Le livre soulève également le sujet de la célébrité étouffante et des paparazzis comme un mal de société. Pour autant, la lecture se fait très vite et m’a quand même laissée une impression globalement positive, en dépit de sa conclusion… J’ai été extrêmement déçue par la fin du roman (je ne vous dis rien pour ne pas vous enlever la surprise) que j’ai trouvé bâclée et complètement injustifiée. Difficile de pouvoir m’épancher sur le sujet sans tout vous dévoiler, aussi je me contenterai de vous conseiller sa lecture, si ces quelques lignes vous ont inspirés.

A lire si… vous cherchez un roman pour vous accompagner le temps d’un trajet en train et que vous êtes sensible aux fables modernes. Ah, et à privilégier si vous êtes plutôt team Scarlett que anti…

Iona Grey – Lettre à Stella
livre-lettre-a-stella-iona-grey

Bon, je ne vais pas passer par quatre chemins : j’ai fini ce livre en pleurant à chaudes larmes. Triste de quitter les personnages qui ont rythmé ces plus de 400 pages, mais surtout incroyablement émue par une aussi belle histoire d’amour. Il me semble qu’il ne m’ait jamais été donné d’en lire de plus belle !

Comme pour “L’appartement Oublié” (qui avait fait l’objet de la 1ère édition de ces articles “Dans ma bibliothèque), le roman est articulé autour de deux héroïnes ancrées dans deux époques différentes : l’une, Jess, dans le présent, et l’autre, Stella, lors de la seconde guerre mondiale en Angleterre. Les deux protagonistes sont reliées par les lettres d’amour reçues et archivées soigneusement par Stella et que Jess découvre inopinément en se réfugiant dans une maison abandonnée après avoir fui son compagnon violent.

Le roman oscille donc en permanence entre deux époques avec brio et délicatesse, les détails de la deuxième guerre mondiale sont retranscrits à la perfection et permettent de mieux s’approprier l’histoire. Quant aux personnages, ils sont forts et travaillés de sorte qu’on a presque l’impression de les connaître.

Je ne vais pas mentir : c’est surtout le destin de Stella qui m’a particulièrement émue, éprise d’un soldat américain alors qu’elle est mariée à un révérend qui la délaisse et s’avère abject et odieux avec elle. L’histoire d’amour impossible entre le pilote Américain et cette jeune femme gracieuse et douce, est intense et lumineuse, à l’image de ce livre. Sa lecture m’a faite passer par toutes les émotions possibles et imaginables, un vrai tourbillon émotionnel, qui m’a poursuivie plusieurs jours après avoir fini les dernières pages, comme prise de la même nostalgie qui habite Stella sur la fin du livre.

Pourtant choisi un peu au hasard dans les rayons du casino de Fréjus lors de mes vacances d’été (ma vie est formidable, n’est-ce pas ?), je me félicite d’avoir sélectionné ce livre pour m’accompagner à l’ombre des palmiers. Je dois admettre que la couverture y a été aussi pour beaucoup : la jeune femme qui est photographiée ressemble énormément à ma grand-mère (dans sa jeunesse, bien sûr…), et je vous mets même en bonus, une petite photo d’elle à la fin de l’article, avec son joli maillot de pin-up ! (On ne la voit pas bien, mais j’adore cette photo.)

A lire si… Non ! A lire, un point c’est tout. Vous m’en direz des nouvelles !

livre-lettres-stella-iona-grey

Bonne lecture !

Un jean et des Converse roses.

{Préface : ce texte a été écrit il y a 6 mois. J’ai longtemps hésité avant de le publier – allez savoir pourquoi ? – et je me suis finalement décidée à le mettre en ligne, car j’ai été à nouveau témoin d’une anecdote similaire dans le métro. Cette fois, je n’étais pas visée, c’était une jeune femme seule, et mes amis et moi nous sommes interposés. Dans toute sa virilité et son courage, l’homme – ou devrais-je dire la mauviette – qui lui cherchait des noises a déguerpi dès lors que nous nous sommes approchés et lui avons fait face. Preuve supplémentaire que nous devons TOUS élever la voie en de pareilles situations.}

Une fois n’est pas coutume, je ne vais ni parler ni rouge à lèvres, ni cabaret et encore moins de sujets légers pour ce post.
Pourtant, je pense que ce sujet a tout à fait sa place ici, car vous pourriez et avez peut-être été déjà concerné(e)s par le thème que je souhaite aborder. Ce n’est d’ailleurs pas vraiment un thème, c’est surtout une réalité, quelque chose que toutes les femmes ont, malheureusement et j’en ai bien peur, déjà vécu : « le harcèlement de rue ». Est-il vraiment nécessaire de rappeler ce que c’est ? Je pense qu’on a toutes déjà subi ce regard appuyé qui nous rend nerveuse, cette remarque déplacée, sexiste qu’on aurait préféré ne jamais entendre, cet œil inquisiteur qui décortique notre tenue, et parfois, bien plus grave.

J’ai toujours eu le sentiment de vivre « avec » ça, cette peur au ventre le soir en rentrant, cette angoisse de sortir sans collant en été de peur d’être scrutée et dévisagée (cela m’est déjà arrivé), me faire suivre dans la rue puis abordée lourdement alors même que je m’apprête à aller courir tranquillement, que je suis en baskets et n’ai aucune trace de maquillage sur le visage… Et pourtant à chaque fois, impossible de trouver les mots pour me « défendre », faire comprendre à cet individu qu’il me dérange et que son attitude n’est pas acceptable.

Mais ce matin, je me sentais forte. Ce matin, ça n’était pas comme d’habitude. Ce matin, j’avais en tête l’histoire horrible qu’une jeune femme que j’ai rencontrée hier soir a vécu dans le métro il y a à peine 1 mois ( elle va bien). Et ce matin, j’avais envie de m’habiller simplement, en jean et Converse roses. C’est si rare que cela mérite d’être précisé : pas l’ombre d’une robe fourreau, ni d’un collant couture, ni même d’un rouge à lèvres vermeil ! (Et oui, blague à part : il m’arrive aussi de m’habiller le plus simplement du monde et c’est pourtant souvent à ce moment-là que je suis le plus enquiquinée… Les femmes assumées, féminines et renvoyant l’image de personnes sûres d’elles feraient-elles peur à ces messieurs à l’éducation douteuse ?…)

Pour autant, si j’avais eu envie de sortir ainsi, ou même en bikini, en combinaison de ski, ou avec un panier de fruits sur la tête, c’est mon droit le plus total, et personne, pas même votre entourage ne devrait pouvoir un jour vous signifier que vous avez mérité une agression ou un regard déplacé parce que vous étiez habillées d’une manière qu’une personne extérieure juge « inappropriée » ! Mais bref, je digresse.

Ce matin donc, je m’installe, comme tous les matins, à mon terminus, sur un siège qui fait face à un autre siège. Un homme rentre puis s’installe en face de moi. Il n’est même pas assis, que je sens déjà son regard se poser lourdement sur moi. Pendant quelques minutes, je fais mine de m’occuper sur mon téléphone cellulaire, et j’en profite pour le raconter à mes amis via Messenger, comme pour ne pas me sentir seule. Car à ce moment précis, et bien que je ne sois pas seule dans la rame (qui en plus, venait de se bloquer – impossible donc d’en sortir), je me sens affreusement seule, face à cette situation inconfortable.

L’homme, âgé d’une cinquantaine d’années environ, me semble dérangeant et dérangé. Il sort un énorme livre d’art Égyptien (comme quoi, j’aurai presque pu trouver des points communs avec cet énergumène), tourne les pages, tout en continuant de me fixer de manière totalement exagérée. Je me sens rougir, je fais mine de fouiller dans mon sac, mais son regard est encore plus insistant, je le sens. Désormais, il regarde avec attention les moindres détails de ma tenue, jusqu’à se pencher pour voir quelles chaussures sont à mes pieds. Autour de moi, personne ne semble réagir, et le métro, lui, est toujours bloqué. La situation dure plusieurs minutes qui me semblent une éternité.

Il m’était déjà arrivé de vivre pareille situation (et même, bien pire, mais ce n’est plus le sujet), et j’aurai tout à fait pu changer de place, mais ce matin, je n’en avais pas envie. Je me suis installée en premier, et j’ai autant le droit de vivre sereinement mon trajet que cet individu et ce n’est pas à moi de partir, je ne suis pas en tort ! Je pense à ouvrir un livre, pour esquiver son regard, mais je sais pertinemment qu’il me serait impossible de lire les pages avec attention, et de toute façon, je n’ai, d’un seul coup, plus envie d’ignorer son comportement.

Je me décide à me confronter à son regard, en lui lançant un œil noir dont j’ai pourtant le secret ! L’homme ne sourcille pas, et continue de plus belle à me dévisager, et ce jeu semble même l’amuser. Il tournicote les pages abîmées de son bouquin, puis soudain, mon cerveau reptilien se réveille, ne supportant plus l’état d’objet ou de souris face à un chat auquel cet affreux bonhomme semble me reléguer. Je l’interpelle, avec une voix franche et assurée : « Vous avez un problème ?… ». Ah. Pas de réponse. Pensait-il que je resterai muette devant son arrogance ?

L’homme ne dit rien, me fait non de la tête. Je continue : « Non, parce que, depuis tout à l’heure, vous me dévisagez, et cela est très inconfortable et je veux que vous cessiez immédiatement ». Je ne reviens pas d’avoir osé le lui dire, et je lis la surprise, puis la gêne dans son regard. Il continue de se tasser sur son siège, bredouille qu’il est en train de lire, et je répète, encore un peu plus fort ce que je venais de dire juste avant, pour que les personnes présentes dans le wagon puissent comprendre ce qui est en train de se passer.

Les regards se tournent vers lui, une jeune femme me regarde, puis le fixe d’un mauvais œil, c’est désormais sûr : je ne me sens plus seule. Le bonhomme, lui, baisse les yeux, et agit comme un enfant qu’on aurait réprimandé ! C’est désormais lui, qui est mal à l’aise ! Incroyable comme les rôles sont désormais inversés. J’ai peut-être l’air jeune, fragile de par mon petit mètre 60, et je porte peut-être des baskets roses aujourd’hui, mais je ne me laisserai pas faire, et je trouve cela parfaitement inacceptable qu’un prétendu homme, plus grand, plus âgé et plus “fort” que moi puisse penser qu’il est normal de prendre le dessus sur plus “faible” que soi.

Les portes du métro se rouvrent, et c’est le train de la rame d’en face qui finalement doit partir. Je me lève, énervée, et l’homme murmure un « désolé » auquel je ne prête aucune attention, encore bien trop fébrile par la situation.

Je m’installe dans le train d’en face, mais l’homme n’est pas assez rapide (ou bien trop honteux pour rejoindre le train dans lequel tous les voyageurs sont désormais), les portes se ferment, et je le vois me fixer depuis le quai, avec un regard profond. (J’ignore s’il s’agissait là d’une intimidation, mais je crois qu’à ce moment-là mon cerveau reptilien aurait exhorté le félin qui sommeille en moi pour lui bondir à la gorge en cas d’affront supplémentaire.)

La jeune femme qui avait assisté à toute la scène s’installe en face de moi pour me parler et me confirmer qu’elle a remarqué son attitude dérangeante à mon égard. Nous échangeons quelques mots, et, ce matin, je comprends une chose en lui parlant : il ne faut jamais rester silencieuse. Il ne faut jamais rester silencieuse car vous donnez raison à l’individu en face de vous de continuer. Il ne faut pas non plus rester silencieuse, parce que les gens autour de vous ne voient pas (ou parfois ne veulent pas voir) une situation inacceptable, mais énoncer à haute voix ce que vous vivez et en informer les personnes autour de vous peut désamorcer un contexte d’insécurité, comme ça a été le cas pour moi ce matin.

C’est loin, très loin, d’être la pire anecdote que j’ai vécue et encore plus loin de celle d’autres jeunes femmes malheureusement, je le sais bien, mais celle-ci m’a marquée aujourd’hui parce que je m’en suis sortie grandie en osant confronter ce type. Je ne dis pas que ceci serait aussi simple, un soir, seule dans la rue. Mais je suis fière d’avoir pu renverser la vapeur en mettant ce type presque plus mal à l’aise que je ne l’ai été.

Ne restez jamais silencieuse, habillez-vous comme bon vous semble et n’ayez pas honte d’être ce que la nature a fait de vous : des Femmes. Demain, c’est décidé : je ressors mes talons et gare aux vieux schnock et son bouquin d’art Egyptien.

(PS : Pour vous prémunir et sur les conseils de mes collègues, vous pouvez télécharger l’application “HandsAway” pour lutter contre le harcèlement de rue, vous permettre de témoigner et devenir “Street Angel”.)

(Photo : Pin-Up Story photos by Marc Philbert)