Loretta Banana

beauté

Toutes griffes dehors !

Pour avoir autant d’élégance que Zelda Fitzgerald en soirée (ou que Betty Draper en dîner galant), le vrai chic (selon moi) est d’arborer une manucure parfaite en ôtant ses petits gants de dentelle, ou de velours ! Un teasing qui est d’ailleurs bien souvent un classique des numéros de burlesque. Pour tout vous avouer, je suis extrêmement tyrannique envers moi-même et il est quasi impossible de me voir sans les ongles parfaitement vernis ! 

Mais la récompense, c’est que j’ai souvent des compliments sur ma manucure, même par les conseillères de chez Sephora ! Le plus souvent, on me demande même si mes ongles sont vrais, (ce qui est bien sûr le cas puisque c’est le sujet du jour) puis rapidement la question qui suit est souvent l’entretien. J’ai pensé donc qu’un article sur le sujet pourrait être intéressant pour vous donner mes combines pour faire pousser vos ongles et les entretenir.

Ce sont bien sûr mes petites astuces, et je ne prétends pas qu’elles puissent convenir à tout le monde, mais vous pouvez toujours les essayer pour vous faire votre propre idée !

> Tout d’abord, la base, c’est la B-A-S-E.

S’il n’y avait qu’une seule chose à retenir, c’est bien celle-ci ! Vos ongles vous diront merci ! Les miens n’ont jamais aussi bien poussé qu’avec une base appliquée avant chaque vernis, ou même au naturel. La base permettra à vos ongles de se solidifier et d’éviter de se dédoubler ou de se fendiller. J’en ai testées des tonnes (de la moins chère KIKO à la plus chère MAVALA) pour finalement trouver mon bonheur vers deux marques qui selon moi, se valent.

Dans la démarche de passer à des produits plus naturels et moins toxiques (surtout que niveau vernis, les compositions sont vraiment catastrophiques), j’ai totalement changé de marques, qui pour autant, n’en sont pas moins efficaces.

Je vous conseille donc celle de chez MANUCURIST (clairement ma marque chouchoute en ce moment) qui en plus d’être géniale, est vegan, cruelty-free et fabriquée en France. Que demande le peuple ? Sa formule est composée à 84% d’ingrédients naturels, ce qui me semble être un vrai bon compromis. J’ai acheté la mienne sur le site de Birchbox.

Dans un registre à peu près similaire, j’étais très contente également du base et top coat de chez LEA NATURE/SO BIO ETIC qui a une formule également similaire, bien plus clean que la majorité des produits sur le marché, et leurs produits ne sont pas non plus testés sur les animaux. L’avantage c’est que ce produit est 2 en 1 donc idéal pour alléger sa valise ou gagner de la place dans les tiroirs !

> En amande, tu les limeras !
Alors je risque très certainement de me mettre quelques unes d’entre vous à dos, mais je dois vous avouer quelque chose : je trouve les ongles longs et carrés pas franchement à mon goût 😅… Les avoir longs naturellement n’est pas permis pour tout le monde car parfois, ils n’arrivent simplement pas à pousser, ils nécessitent de l’entretien et puis il faut le dire : c’est peut-être glamour, mais c’est aussi pénible à entretenir ! (RDV en fin d’article pour une tranche de vie sur le sujet)*

Aussi, mieux vaut, selon moi, les avoir courts, mais impeccables, ou légèrement arrondis pour plus d’élégance si vous n’avez pas le courage ou simplement pas le temps de faire plus long. Mais en ce qui me concerne, le plus joli reste bien sûr l’ongle long et en forme d’amande, typique des manucures des starlettes Hollywoodiennes. Seulement, difficile d’obtenir ce résultat avec les limes bons marché. Souvent, elles sont désagréables à utiliser et bousillent complètement les ongles…. Non seulement vous allez perdre votre ongle en cours de route, mais surtout vous allez y passer des heures, au bas mot !

Là encore, c’est un produit magique qui m’a sauvée et c’est mon Doren qui me l’avait offert il y a plusieurs années : la lime à ongles parfaite qui portait très bien son nom “THE CURVE“, de par sa forme arrondie (idéale pour donner la courbe en amande) avec un imprimé léopard qui n’était pas pour me déplaire. C’est encore la lime que j’utilise aujourd’hui, toutefois, je suis extrêmement déçue car je découvre en vous écrivant cet article qu’elle n’est plus commercialisée 😭

Du coup j’ai fait un rapide tour d’horizon des limes qui me semblaient pas mal pour vous proposer un substitut, toutefois je ne les ai pas testées donc difficile de vous donner un avis tranché. Et pour tout vous dire, la plupart sont en carton, et je ne vous les conseille pas. En revanche, j’en ai trouvée une qui me semble très bien (par ailleurs bien notée sur d’autres sites tels que Mademoiselle Bio) et c’est probablement celle que j’achèterai si je devais en acquérir une à l’heure actuelle. Il s’agit du modèle de lime à ongles ovale de la marque KOBAKO. Je découvre cette dernière et je suis contente d’avoir eu à faire cette recherche car leurs produits m’ont l’air vraiment très bien (ils ont même des disques lavables pour le dissolvant, produit que je cherchais depuis longtemps !).

Il existe 3 types de limes selon la nature de votre ongle (très fin, normal ou rugueux pour les ongles avec gel) ce qui signifie que vous pourrez trouver vraiment un modèle adapté à la nature de vos ongles. Le système a l’air de fonctionner à peu de choses près comme ma lime, alors voici mes conseils pour obtenir le fameux ongle “amande”.

Pour le coup de main, il faut surtout limer les bords droits et gauches de votre ongle, puis ensuite remonter doucement vers la pointe. Promis, c’est plus facile à faire, qu’à lire ! La matière de la lime KOBAKO me semble également très bien puisqu’il s’agit de résine et de céramique (différente de la mienne mais néanmoins l’effet doit être similaire). Ce genre de matière abîme beaucoup moins l’ongle qu’une lime classique en carton et dure vraiment sur le temps, ce qui est un gain d’économie pour vous et un choix plus écologique en même temps.

Et autre astuce : si mes ongles poussent trop, je me permets de pré-couper en forme ronde ceux-ci avec un petit ciseau, puis je me munie de ma lime pour arrondir et rendre la forme plus jolie !

> Red, Ô, red !
Pour la couleur de votre vernis, c’est à vous de choisir, mais rien n’est plus fatal qu’un joli rouge (tout type de pantone confondu, du plus foncé au plus corail) ! En ce qui concerne, j’aime beaucoup MANUCURIST, qui est vraiment ma marque chouchou. Je trouve que les pinceaux sont très agréables à utiliser, s’appliquent bien sur l’ongle et les couleurs sont superbes. Pour ne rien gâcher, comme je le disais plus haut, ils sont éco-responsables et fabriqués en France, et la composition fait partie des plus clean du marché (à 84% composée d’ingrédients naturels).

Ma couleur préférée chez MANUCURIST qui, je trouve, colle à toutes les occasions et toutes les saisons, c’est la Poppy Red, à la fois bien rouge, mais très lumineuse (celle que je porte sur la photo qui illustre mon article). J’ai également investi dans une autre teinte (je n’ai plus la référence), plus corail pour l’été, mais je la trouve un peu moins couvrante et résistante.

J’applique donc, après ma base, deux couches généreuses de vernis (en ayant bien fait sécher la première couche) et enfin, je peaufine toujours par un top coat (pour faire mieux tenir la manucure). J’ai testé également le top coat de chez MANUCURIST, mais là encore, toute petite déception, il est moins résistant que ceux que j’utilisais auparavant (peut-être en raison de sa formule plus naturelle ?). Par contre, le base et top coat de LEA NATURE/SO BIO ETIC me semblait lui, assez performant à ce niveau ! Ce dernier geste est impératif pour protéger les deux couches de vernis et si ce rituel me prend tout de même pas mal de temps, il me permet aussi de rester jusqu’à 1 semaine tranquille, ce qui est un vrai luxe !

Et la tyrannique que je suis vient encore jouer les mères fouettard, mais dès que votre manucure commence à devenir écaillée, ne perdez pas de temps pour la retirer ! Autant des ongles impeccables sont une valeur sûre pour gagner en élégance, autant des ongles négligés et écaillés- même rouges – sont bien pires que n’avoir rien du tout (selon moi). Ce qui m’amène au point suivant :

Quel dissolvant choisir ?
Je teste depuis peu le dissolvant doux et 100% naturel à l’huile essentielle de rose de chez KURE BAZAAR et
j’en suis extrêmement satisfaite. Il est exempt de tout produit toxique, son odeur est très agréable (bien plus que les dissolvants ordinaires) mais deux petits bémols : son prix (plus de 30€ mais pour un format XXL de 250ml) et la patience. Il faut un peu plus de temps pour retirer toute trace de vernis, mais bon, le naturel a un prix à payer, pas vrai ?

Avec toutes ces petites astuces, vous devriez avoir une manucure parfaite et être éclatante jusqu’au bout des ongles ! Pour finir, voici quelques dernières recommandations pour vous aider à garder vos griffes aussi acérées que possible :

faites votre vaisselle et votre ménage avec des gants (non seulement vous éviterez de mettre votre peau en contact avec les produits, mais vos mains resteront hydratées et votre manucure retardera son écaillement)

hydratez vos mains et vos ongles aussi souvent que possible

évitez d’ouvrir vous-mêmes des canettes, de décoller des étiquettes ou ce genre de chose autant que possible (hello le standard des Mariah Carey, j’écoute ? #diva)

portez des gants dès que l’occasion se présente : votre manucure sera protégée des chocs, vos mains des gerçures lorsqu’il fait froid (l’été cela vous donnera un parfait look 50’s en les choisissant en dentelle, tulle ou macramé), et en plus c’est très élégant ! Et vous pourrez dévoiler avec glamour vos mains le moment venu : succès garanti !

Et vous, quelles sont vos petites astuces pour une manucure parfaite ? ✨🎉

*Je n’ose vous raconter la fois où, avec mes ongles incroyablement longs, je ne parvenais plus à récupérer ma carte bancaire du distributeur. Un grand moment de solitude. Je les ai bien ratiboisés depuis.

 

 

Le démaquillage sans coton recyclable : c’est coton !

Vous me l’accorderez : ce titre à double lecture était facile ! Mais savez-vous justement d’où provient cette expression, « c’est coton » ? Il s’agit d’une formulation argotique qui date de la 2e partie du 19e siècle et qui fait référence au tissage dudit matériau qui nécessitait d’être très méticuleux et précautionneux et qui, par-dessus le marché, pouvait provoquer des difficultés respiratoires de par les poussières de coton. On connait donc aujourd’hui cette expression pour parler d’une tache laborieuse et difficile…

Et justement, le démaquillage ne ferait-il pas partie de ce genre de besogne ? Autant le maquillage m’a toujours paru un moment doux, relaxant, gratifiant et créatif, autant le démaquillage est ce moment que l’on redoute et qu’on est pourtant soulagé d’avoir fait une fois qu’il est terminé. C’est long, ça irrite, ça rougit… bref, c’est tout sauf une partie de plaisir !

Et il faut le dire, le coton n’y est pas étranger, pour peu que l’on n’en soit pas à court ! Ajouté à cela la composition de la plupart des cotons que l’on trouve dans le commerce, blanchis au chlore, et qui participent insidieusement à la pollution de la planète, et qui encombrent nos placards dans leur sachet de plastique…

C’est simple, faites le calcul : si vous utilisez environ 4 cotons par jour, on monte facilement à 120 cotons/mois et 1460 par an environ ! C’est en prenant conscience de ce chiffre et lassée de devoir refaire mon stock tous les quatre matins, que j’ai décidé de tester les cotons recyclables.

Ma première expérience n’a pas été aussi concluante que je l’aurai souhaité, et j’ai presque abandonné, mais c’est en découvrant une seconde marque de cotons que j’ai vraiment réussi à prendre le pli et que j’ai été convaincue du bienfondé de cette démarche alternative et éthique !

Vous l’aurez donc compris : pour que ce geste vert s’inscrive durablement dans votre routine beauté, il faut impérativement choisir minutieusement la marque et la composition des cotons recyclables que vous utiliserez : nous avons toutes des habitudes, des peaux et des gestes différents qui nécessitent un minimum d’attention ! Je vais donc vous indiquer les deux marques que j’ai testées et je vais essayer au mieux de partager mon expérience (réussie) pour vous aider à adopter ce geste eco-friendly !

Ma première expérience avec le kit de lingettes démaquillantes LAMAZUNA
Je l’avoue, j’ai foncé en voyant leur petit design rond, adorable, à double face et hyper accessible : -15€ les 10 lingettes ! La promesse était elle aussi du genre à faire battre mon coeur à 100 à l’heure : leur composition microfibre en polyamide et polyester vous exempte de démaquillant. Il suffit de mouiller les lingettes et de les utiliser tel quel !

J’avais bien sûr quelques réticences, car même si je suis moins maquillée que Ru Paul au quotidien, j’aime quand même avoir un cat eye bien épais et un rouge à lèvres rouge mat. Je ne vais pas tourner autour du pot : le produit n’a pas tenu ses promesses. Ou au détriment de dix minutes de démaquillage intensif…

Pour ne rien arranger, la lingette était aussi un peu petite (à mon goût) et sincèrement je trouvais ma peau beaucoup trop irritée après le démaquillage. Le mythe également de l’eau pour démaquiller n’a pas non plus réellement fonctionné sur moi, et j’était tout de même contrainte d’utiliser une eau micellaire, qui de surcroit filait sur le côté du coton à cause de la microfibre, ce qui ne facilite en rien le geste et et éclabousse le lavabo ! Autant dire que je redoutais encore plus ce moment le soir venu !

Mais je ne me suis pas découragée pour autant, et j’ai décidé de me renseigner un petit peu plus avant de renoncer.

Sur le site de Mademoiselle Bio, je suis tombée sur un mini coffret de 4 lingettes de la marque « Les tendances d’Emma » et leur grand format rectangulaire, en coton bio et bi-face et je me suis dit qu’après tout ça ne me coûtait (presque) rien d’essayer. Dès que je les ai reçues, j’ai été bluffée par la composition ultra douce et je n’avais qu’une seule envie : les essayer et me démaquiller !

Alors bien sûr, votre eau micellaire reste indispensable avec ces grands disques, mais QUEL BONHEUR à utiliser ! Vraiment ! Leur double face est également super appréciable, selon que l’on souhaite légèrement exfolier sur la face « râpeuse » ou juste y aller tout en douceur avec l’autre côté.

Pour tout vous dire, j’ai même été subjuguée de voir que ma peau ne « tiraillait » plus après l’étape démaquillage, moi qui ai vécu des années avec cette sensation désagréable, malgré tous les produits pour peau sensible utilisés.
Suite à ce test plus que concluant, je me suis décidée à commander le kit de 20 lingettes à un peu plus de 30€ et… je ne les quitte plus ! Je ne regrette pas ce que j’estime être un investissement et un geste pour rendre notre planète et notre peau toutes deux plus belles !

Comment choisir la composition de vos disques ?
Là encore, selon votre peau et ses caractéristiques, vous pouvez commander vos cotons avec des compositions différentes : eucalyptus, bambou, ou coton bio ! Ces différences de matières influent aussi sur le type de produit que vous utilisez : typiquement, si vous êtes plus huile et texture épaisse (tout ce que je n’utilise pas ^^), il faudra plutôt opter pour le bambou, tandis que les eaux micellaires et hydrolats se plairont mieux sur le coton bio. Tout est expliqué sur le site des Tendances d’Emma pour vous aider à choisir, alors lisez ces informations attentivement avant de vous lancer !

Comment entretenir et laver ses disques ?
La petite contrainte des disques, c’est le roulement. C’est pour cette raison que je vous conseille de vous faire un bon stock de 20/25 cotons pour avoir suffisamment de temps pour les nettoyer. Le plus simple est de les glisser dans votre machine à laver, chaque fois que vous avez prévu un lavage. Ces disques se nettoient très bien à 40°, mais mieux vaut ne pas aller au-dessus. Cependant je vous rassure : mes pauvres cotons se sont retrouvés dans de beaux draps à 60°, et ils ont survécu et étaient impeccables après cette aventure ! (Dans tous les kits vous trouverez un filet de lavage, y compris chez Lamazuna, pour vous permettre de les laver en toute sécurité)

Si vous n’êtes pas équipé d’une machine à laver et que vous devez vous rendre au lavomatic 1x/semaine, c’est tout de suite un peu plus contraignant. J’avoue ne jamais les avoir lavés à la main, mais je pense qu’à 30° en les frottant bien avec une lessive douce dans une petite bassine, l’affaire devrait être dans le filet de lavage ! (C’est un peu moins écolo, mais si vous y mettez aussi vos jolies petites culottes en dentelle, ça fonctionne !)

Pour résumer, je ne peux que vous conseiller d’adopter ce geste, d’autant que les lingettes sont prévues (si vous les chouchoutez) pour vivre 356 démaquillages ! Autant dire que vous avez de la marge !

—> Mon vrai coup de coeur va donc aux Tendances D’Emma et leurs disques super doux et efficaces (pour vous dire, je les ai adoptées depuis +2 mois et je suis contente de les retrouver à chaque démaquillage ou lotion) et vous conviendront si, comme moi, vous aimez les cotons suffisamment grands pour correctement vous démaquiller.

—> Si vous êtes plutôt une adepte du nude, que vous vous maquillez très peu et que vous cherchez une lingette d’appoint, notamment pour les voyages, j’imagine que les Lamazuna feront parfaitement l’affaire !

J’espère que ce (long) article aura permis de vous éclairer sur ce sujet et que vous aurez envie de vous lancer, vous aussi !

Beauté Fatale : mes coups de coeur makeup !

Imaginez une nuit de velours noir, un réverbère qui clignote et éclaire les pavés d’une lumière inquiétante, une ruelle sombre et une silhouette féminine aux jambes interminables et aux bas couture, tout droite sortie d’un film noir.

C’est exactement ce que m’inspirent ces produits de beauté récemment acquis ! Ils sont chacun porteurs d’un glamour au charme presque désuet et vous donneront la sensation d’être une femme fatale d’un autre temps lorsque vous les utiliserez.
dolce_mamma_dolce_and_gabbana_lipstick_cosmetique

DOLCE & GABBANA – Dolce Matte Lipstick (teinte : Dolce Mamma)
Lors de mon récent voyage à Rome, j’avais une obsession beauté : tester les rouges à lèvres Dolce & Gabbana. J’apprécie beaucoup tester les marques beautés locales lors de mes voyages, alors j’ai donc traîné mes salomés à paillettes jusqu’au grand magasin Rinascente.

J’ai jeté mon dévolu sur le Dolce Matte Lipstick dans sa teinte Dolce Mamma et je ne le quitte plus ! Son odeur de violette poudrée est délicieuse, son application très facile et sa tenue irréprochable ! Son étui est élégant et gravé d’un “Dolce” très chic, et le raisin est affublé d’un DG qu’on a peur d’abîmer en appliquant le rouge à lèvres ! C’est un presque sans faute : je regrette juste qu’il assèche quand même beaucoup les lèvres et qu’il soit si cher (38€ tout de même). Mais c’est un tel coup de coeur que je pense tester d’autres teintes car il est très rare qu’autant de coloris me plaisent dans une seule ligne de rouges !
(éventail : Maison Close)

Fard à paupières MAC x CHARLOTTE OLYMPIA – Teinte : Golden Age
mac-cosmetic-charlotte-olympia-eye-shadow-golden-age-pinceau-birchbox

Souvenez-vous le printemps dernier… Oui, souvenez-vous bien, car vous avez peut-être assassiné votre compte en banque, la faute à la collection Charlotte Olympia pour Mac ! Parmi mes nombreux achats pour cette ligne, cette ombre à paupières que j’avais commandée – je l’avoue – un peu à la va-vite, sans trop réfléchir, pensant que celle-ci serait parfaite pour illuminer mes joues. Car si j’ai appris à me farder un peu plus les yeux qu’avant, je le fais systématiquement avec des fards en poudre, et surtout pas en crème comme celui-ci. Résultat ? Ce petit bijou est resté dans un placard jusqu’au… début du mois d’octobre.

En mauvaise blogueuse que je suis, je l’ai même testé sans le prendre en photo avant (d’où les vilaines traces de pinceau sur la photo), mais je préfère crashtester ce que je vous montre et ne parler que de ce qui me plait ! Et je dois vous avouer que non seulement sa couleur est magnifique, mais le rendu est sophistiqué, sans pour autant assombrir trop le regard (ce que je n’aime pas, étant donné que je porte déjà un épais trait d’eyeliner). Je craignais aussi que son aspect crème ne fasse un effet plissé abominable en fin de journée et laisse un dépôt au niveau de la paupière mobile : rien de tout ça ! (A condition, bien sûr, mesdames et mesdemoiselles, de bien appliquer une base à paupières telle que la Urban Decay !).
mac-cosmetic-charlotte-olympia-eye-shadow-golden-age

Je l’applique avec mon pinceau pour les yeux reçu dans ma BIRCHBOX d’août il me semble, et qui s’avère être une petite merveille de bonheur pour appliquer les fards à paupières, crème comme poudre !

PUPA Cosmetics – Eyeliner et mascara VAMP!

trousse-chantal-thomass-parfum-duchess-rose-penhaligon-pupa-vamp

Cette petite marque italienne de cosmétiques me rappelle mon enfance, j’avais un paquet de jolis objets qui renfermaient des fards à paupières et gloss, c’était adorable et je les collectionnais avidement ! J’ai donc un attachement tout particulier pour PUPA et quelle surprise de la retrouver à l’aéroport de Rome ! Je me suis donc jetée sur un coffret comprenant cet eyeliner et ce mascarade la ligne VAMP!

trousse-chantal-thomass-pupa-cosmetique-vamp-eyeliner-mascara
(trousse de beauté : Chantal Thomass)

Et croyez-moi : le titre n’est pas trompeur ! Regard dramatique et résolument fatal ! Je suis absolument dingue de l’eyeliner, qui pourtant est à peine commercialisé 20€, et s’avère bien plus efficace sur la durée que le Marc Jacobs que j’avais payé une petite fortune. Son tracé est impeccable et convient plutôt si vous appréciez un cat’s eyes un petit peu épais. Sa couleur est intense et sa tenue irréprochable. Un sans faute ! (Par contre, c’est votre démaquillant qui doit être costaud !)

Enfin, j’ai pu tester récemment le parfum DUCHESS ROSE de PENHALIGON’S  grâce à mon ami et blogueur La Gent Du Style qui me l’a offert et j’ai été envoûtée par son odeur boisée et sa note de coeur à base de rose. Je suis fascinée par l’univers élégant et vintage du parfumeur Penhaligon’s et je dois dire que ce parfum répond totalement à l’image que je m’en fais. Si à la première vaporisation la fragrance peut sembler un peu masculine, cette impression s’estompe rapidement pour faire éclore une rose sensuelle et mystérieuse. Le parfum laisse un sillage si particulier que je me suis même surprise à me demander d’où venait cette odeur, ayant oublié que je m’étais reparfumée…
trousse-chantal-thomass-parfum-penhaligon-duchess-rose

J’ai mis ce petit format dans mon sac, je l’alterne avec mon parfum solide ROSAVIOLA de Diptyque, pour varier les plaisirs. Mais, je crois que le mieux est encore d’aller le sentir par vous-même !

Et vous, quels sont les produits “beauté fatale” qui ne vous quittent pas ? Dites-moi tout !

Coquetterie rétro

Pou Pou Pidou ! En bonne junkie beauty que je suis, je trépignais d’impatience à l’idée de vous concocter ce petit post ! D’ailleurs, ce n’est pas l’envie qui me manque de venir clavarder ici bas, mais le temps lui me fait bien défaut en ce moment. Et vous en conviendrez : mieux vaut poster moins mais bien, que beaucoup et n’importe comment. En tout cas, c’est ici ma manière de voir les choses.

Je disais donc qu’aujourd’hui nous allions parler coquetterie, beauté et fraîcheur avec un soupçon de rétro. Car si nos ancêtres étaient elles aussi de grandes coquettes, les formules de leurs produits de beauté n’étaient pas toujours très fraîches et clean. Le débat est pourtant toujours au cœur de nos préoccupations aujourd’hui, et je pense notamment aux perturbateurs endocriniens et autres parabens, mais pensez qu’à l’époque des années 1800 par exemple les femmes s’enduisaient de crème blanchissante à base… de plomb !

L’idée de ce post n’est absolument pas de décrypter les compositions des produits dont je vais vous parler mais plutôt de mettre en lumière quelques uns de mes derniers coups de coeur beauté qui s’inspirent de maquillage vintage ou en sont des rééditions. Vous êtes prêtes ? C’est parti !anna_sui_poudre_translucide_art_deco

  • Poudre libre pour le visage ANNA SUI

Je le confesse : j’ai d’abord acheté ce produit pour son poudrier et sa houppette qui s’accordaient parfaitement à ma salle de bains ! Et je suis allée de très bonne surprise en très bonne surprise avec cette poudre. Son odeur est à tomber (elle est parfumée à la rose), sa couleur (natural beige) qui était la seule qui restait et me semblait un peu trop foncée pour ma carnation se fond finalement parfaitement à mon teint, et son application est très facile et ne nécessite que peu de matière.

Petite précision tout de même : je n’applique pas cette poudre avec la houppette car je ne suis pas certaine que le résultat soit celui que j’attends et je l’utilise en plus en déco ! Je prélève donc ma poudre avec mon pinceau pour le visage de chez TOO FACED.

Le plus : son prix est assez prohibitif (49€) mais ce boitier contient ÉNORMÉMENT de poudre (de quoi tenir de 6 mois à 1 an) et il est possible d’acheter la recharge uniquement !

anna_sui_poudre_translucide_art_deco2

  • La poudre de riz de Java de BOURJOIS

Dans la famille des poudres, je demande la poudre de riz ! Produit vintage par excellence, ce produit est une réédition de la mythique poudre de BOURJOIS du même nom, 150 ans après sa sortie. Après avoir longuement hésité pour me l’acheter car je n’avais pas entendu que de bons échos à son sujet, j’ai finalement cédé à l’appel de son écrin beaucoup trop mignon.bourjois_poudre_riz_vintage

J’ai adoré l’odeur de la poudre (addictive et me rappelant les produits de ma mamie) mais également son utilité. Alors attention : vous devez absolument savoir avant de vous l’offrir que son rendu est fortement irisé. La matière est donc à manier avec précaution pour ne pas briller plus fort que le soleil de Cannes en été ! Je la déconseillé également aux femmes ayant un peau grasse, car cela pourrait accentuer rapidement l’effet peau grasse.

C’est en revanche une petite merveille à utiliser en finition de maquillage, sur les pommettes pour donner un peu de relief, ou même sur les paupières pour apporter un peu de glamour subtil et mieux faire tenir votre liner !

bourjois_poudre_riz_vintage_java

  • Le parfum solide ROSAVIOLA par DIPTYQUE et OLYMPIA LE TAN

Oh ! Quelle odeur délicieuse… Je vous avais parlé de la bougie juste ici, et j’ai lamentablement succombé à son parfum solide. Il est assez rare que je m’enthousiasme sur un parfum (je vous en parlais même ici) mais celui-ci m’a hypnotisée et correspond en tous points à ce que j’aime. Sa composition complète en plus parfaitement mon parfum chéri (Rose Desgranges) donc tous les feux étaient au vert. (Je trouve en effet cela plus vulgaire que le compte Instagram de Kim Kardashian que de se reparfumer plusieurs fois dans la journée avec des parfums qui n’ont rien à voir les uns avec les autres.)rosaviola_diptyque_olympialetan

Son odeur est donc inspirée de celle des rouges à lèvres avec un soupçon de cuir. Enfin, j’aime la désuétude du parfum solide, qui se glisse secrètement derrière l’oreille, au creux du coude ou des poignets… C’est pour moi l’alternative idéale pour me reparfumer subtilement en cours de journée, et je peux vous certifier que son parfum sait autant se faire remarquer qu’un parfum liquide !

rosaviola_diptyque_olympialetan2

  • La ligne des rouges à lèvres “Authentique” de ROUGE BAISER

Je ne vais pas y aller par 4 chemins : c’est actuellement ma marque de rouges à lèvres favorite ! C’est tout d’abord l’un des premiers rouges que je me suis offert étant jeune fille, mais je n’avais jamais pu revoir cette marque qui me fascinait tant avec son tube Art Déco et son écrin rendant hommage au dessinateur de mode René Gruau. Et c’est au détour d’un Monoprix que j’ai découvert que la marque continuait d’exister !rouge_baiser_lipstick

Pour la petite histoire, ROUGE BAISER est le premier rouge à lèvres indélébile jamais créé dans les années 1900 et qui est vite devenu le petit préféré d’Audrey Hepburn dans les années 50.

Son odeur est proche de la poudre de riz et sent donc le rouge à lèvres de Mamie, son application peut être compliquée si vous n’avez pas l’habitude des rouges à lèvres très mat, mais son rendu est incroyable. Vous avez un rendez-vous amoureux ? Vous pouvez y aller les yeux fermés, ce rouge a hautement passé le crash test du baiser, ce qui parait tout à fait logique compte tenu de son nom si mignon.

Compte tenu de son prix (13€) et de sa tenue (qui pourtant n’assèche pas autant les lèvres que certains autres rouges à lèvres mats), il a le meilleur rapport qualité/prix. Pour l’avoir encore porté hier, il était encore presque intact après avoir ingurgité mon burger veggie ! Une petite retouche, et c’était reparti reparti !rouge_baiser_lipstick_dita_von_teese

Mon préféré est sans conteste la teinte DAHLIA (402), un rouge doux mais intense ! L’ORCHIDEE (teinte 418) est joli mais relativement foncé et apporte un petit côté mystérieux qui me plait bien. Quant à la teinte HIBISCUS (teinte 419), elle est idéale pour l’été, légèrement pailletée, mais elle adhère moins bien sur les lèvres et sa tenue n’est pas aussi parfaite que les deux autres teintes.rouge_baiser_lipstick2

Bisous bisous !

Et vous, dites-moi quels sont vos produits fétiches rétro ou inspirés par le maquillage vintage ?