“Reading gives us somewhere to go when we have to stay where we are.” (Lire nous donne quelque part où aller quand nous avons à rester là où nous sommes)
vintage-pinup-reading

On parle souvent coquetterie et chiffons sur le blog, pourtant un sujet qui me passionne a trop longtemps été passé sous silence : les bouquins et la lecture.

Univers passionnant s’il en est, il a bien souvent matière à nous inspirer sur le blog. Et si j’ai pendant longtemps boudé les librairies, préférant la facilité d’un divertissement sur écran, je m’y suis remise il y a quelques temps, tranquillement, le soir ou dans le métro, et je me demande comment j’ai fait pour ne pas ouvrir de livre pendant si longtemps !

Pour débuter cette première chronique, je vais vous parler de 2 bouquins qui ont beaucoup en commun car ils ont chacun une protagoniste qui dresse un portrait de son époque et dont la personnalité très affirmée m’a énormément plu.

Maryse Choisy – « Un mois chez les filles »
un-mois-chez-les-filles-maryse-choisy
(Déshabillé Folies by Renaud)
Je me suis offert cet ouvrage lors de ma visite de l’exposition « Splendeurs et Misères » au Musée d’Orsay. Ce livre n’a rien d’un roman et tient plus du documentaire puisque le récit est tiré directement du vécu de son auteur, Maryse Choisy, jeune journaliste ô combien féministe pour son époque et qui décide, en 1928, d’infiltrer en secret l’univers opaque, terrifiant, mystérieux et pourtant fascinant des maisons closes pour en dépeindre ses coulisses et ses travers.

D’abord intriguée, j’ai rapidement été absorbée par ce livre que j’ai lu en très peu de temps, curieuse de savoir jusqu’où pourrait aller son auteur. J’y ai découvert cette jeune écrivain à la personnalité vraiment étonnante et qui, je l’imagine, a dû certainement prendre beaucoup de risques pour pouvoir écrire ces pages. « Un mois chez les filles » lui a d’ailleurs permis de connaître rapidement un succès de scandale en écoulant 450 000 exemplaires, selon les affirmations de ses mémoires.
A lire si… vous aimez les années folles, n’avez pas peur des langages parfois un peu crus et si vous aimez les héroïnes fantasques, courageuses et sans langue de bois.

Michelle Gable – « L’appartement oublié »appartement-oublie-marthe-de-florian3
Ce petit bijou de lecture m’a fait rentrer, telle une petite souris discrète, dans l’appartement oublié de la demi-mondaine Marthe de Florian, et dont les lieux sont restés inoccupés et intacts depuis 1942 ! 140 mètres carrés de souvenirs et d’histoires emprisonnés entre ses murs et dont l’auteur, Michelle Gable, retrace l’histoire.

On y découvre donc les secrets enfouis derrière l’épaisse poussière de l’appartement mais je me suis surtout prise de fascination pour sa propriétaire, Marthe de Florian, personnage hautement romanesque qui a côtoyé tout le gratin de Paris et dont la vie palpitante étonne autant qu’elle émerveille. Son appartement, en plein coeur de Paris, est resté près de 70ans dans l’oubli, jusqu’à ce que sa descendance décide de mettre aux enchères tous ses objets collectionnés au fur et à mesure des années, dont un chef d’oeuvre inattendu : son portrait réalisé par le peintre Boldini !
appartement-oublie-marthe-de-florian2
(Sac bourse Etam, Coussin LORAFOLK x Monoprix – Le roman est livré avec un dépliant rempli des photos de l’appartement !)
Le roman oscille donc entre réalité et roman et entre les destins de deux femmes : Marthe de Florian et April Vogt, personnage de fiction, experte immobilière en charge de dresser l’inventaire de ses biens.
appartement-oublie-marthe-de-florian1
A lire si… Vous aimez la Belle Epoque (quel plaisir que de découvrir le quartier des Grands Boulevards que je côtoie au quotidien sous un angle différent puisqu’il est le théâtre des histoires de notre héroïne), l’histoire de l’art ou que vous aimez au moins aller chiner les brocantes pour y trouver des trésors (vous allez être servis !).

J’espère que cette première édition vous aura plu et que le sujet littéraire vous intéresse ! J’ai quelques bouquins sublimes dont j’ai hâte de vous parler. Je finirai ce post avec la citation d’un écrivain qui me fascine, James Ellroy, et qui a déclaré ce weekend dans le cadre du Festival littéraire America : « Le temps que les gens passent sur Internet à envoyer des mails, acheter des vêtements, chercher un partenaire sexuel… se fait au dépend de la lecture. » Il serait grand temps qu’on réinvestisse les librairies, pas vrai ?

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *