Ah… Los Angeles, son cinéma Hollywoodien, ses paillettes, ses décors en carton-pâte et… ses étoiles du 7e art ! Et c’est précisément du vieil Hollywood et de ses starlettes dont je vais vous parler aujourd’hui, mais d’une manière un peu plus sinistre que ce à quoi vous pourriez vous attendre. (La Californie et plus précisément Los Angeles, regorgent d’histoires sordides dont je suis absolument friande, surtout si celles-ci mélangent faste d’autrefois et horreurs en tout genre.)

Si beaucoup des stars déchues, telles Marilyn Monroe ou encore Jayne Mansfield, ont trouvé la mort directement (ou tout du moins en partie) à cause de leur succès, il en est une qui a trouvé le succès dans la mort. Funeste destin, non ? Mais nous sommes à Los Angeles, et là-bas, tous les fantasmes, même les plus macabres, y sont permis.

L’HISTOIRE DU DAHLIA NOIR

La jeune femme dont je veux vous parler aujourd’hui se prénomme Elizabeth Short, et elle a été assassinée en janvier 1947 alors qu’elle n’avait que 22 ans. On la connaît plus communément sous le nom énigmatique de Dahlia Noir, pseudonyme qui lui a été donné par les habitués d’un bar de Los Angeles dans lequel elle aimait traîner, en raison de sa beauté et de ses tenues, toujours noires, ainsi que de sa chevelure habillée d’un dahlia. Un an auparavant sortait également le film Le Dahlia Bleu, et il est fort probable que l’oeuvre ait certainement dû les inspirer d’une manière ou d’une autre.

Cette femme d’une grande beauté s’était installée à Los Angeles avec l’espoir d’y trouver la gloire, en espérant, comme beaucoup des jeunes femmes de son âge, percer dans le cinéma et devenir une icône du tout Hollywood. Malheureusement pour elle, le succès est arrivé, mais seulement après sa mort, lorsqu’elle fut retrouvée mutilée dans un terrain vague d’un quartier de Los Angeles, qui n’était à l’époque pas habité (la ville est encore en construction à ce moment-là).

Loin d’être un crime ordinaire, le Dahlia Noir présente tous les éléments nécessaires à la pression médiatique : une jeune femme jolie et sauvagement assassinée : elle a été démembrée – son corps coupé en deux – vidé de son sang, lavé, et pire encore : sa bouche est entaillée d’une oreille à l’autre, l’affublant d’un ersatz de sourire démentiel, semblable à celui du Joker dans Batman.

Tous les ingrédients sont là pour hisser cet assassinat sordide en thriller morbide populaire qui, plus de 70 ans après, continue de fasciner. Et pour cause : son assassin n’a jamais été vraiment identifié. Pire : les élucubrations souvent délirantes pullulent encore aujourd’hui à son sujet, et de nombreux ouvrages n’ont cessé de voir le jour, ici et ailleurs, pour tenter de démasquer le tueur. Qu’il s’agissent de Janice Knowlton et son “Daddy Was the Black Dahlia Killer“, publié en 1995 ou Steve Hodel et son “Black Dahlia Avenger“, sorti en 2003, la conclusion reste la même : tous deux affirment, (en “oubliant” certains éléments discréditant qui viendraient contrer leur verdict) que leur père est bel et bien l’assassin du Dahlia Noir.

Mais ils sont loin d’être les seuls à divaguer en élucubrations, et de nombreux quidams un tant soit peu illuminés se sont, au fil des années, eux aussi réclamés d’être l’assassin du Dahlia Noir. Toujours est-il que ni la police, ni les services d’enquête ou même les journalistes n’ont pu percer ce secret, laissant planer le mystère du Dahlia Noir des dizaines d’années après.

Pour aborder le sujet, je vais vous parler de l’affaire sous différents prismes : un podcast, un roman, un film et une enquête.

LE PODCAST : L’affaire du Dahlia Noir dans “L’heure du Crime”

Si cette longue introduction vous a intrigué.e.s, alors je ne peux que vous conseiller de prendre 40min de votre temps pour écouter le podcast de Jacques Pradel sur le sujet. Il m’est difficile de vous raconter les détails de cette histoire ici, d’une part car certains d’entre eux sont particulièrement violents et horrifiants, mais il y a surtout beaucoup trop à dire. Ce podcast est une vraie mine d’or, tant sur l’histoire d’Elizabeth Short que sur les interviews des intervenants de l’émission : deux principales théories se font face, celle de Steve Hodel (dont je vous parlais un peu plus haut), un ancien flic américain qui accuse son père, un chirurgien haut placé, d’être le tueur du Dahlia Noir. De l’autre, c’est l’écrivain et expert criminologue Stéphane Bourgoin qui prend la parole pour défendre une autre hypothèse, celle d’un serial killer connu pour d’autres faits, tout aussi sordides.

En lisant la suite de l’article, vous constaterez que j’ai déjà ma petite opinion sur le sujet, et que c’est à mon sens cette deuxième théorie qui me semble la plus probable. Mais avant d’en discuter, je vous invite vivement à écouter le podcast pour vous familiariser avec le sujet.

LE ROMAN : Le Dahlia noir de James Ellroy

Il y a environ un an, je m’étais déjà plongée dans l’histoire du Dahlia en me consacrant à la lecture du livre de James Ellroy. Un roman noir, extrêmement haletant, lourd en rebondissements et absolument addictif. L’histoire reprend la trame principale de l’assassinat du Dahlia Noir, toutefois, l’énigme trouve finalement un assassin, ce qui, comme vous l’aurez compris, n’est pas le cas de la vie réelle. Il s’agit donc d’une fiction, qui reste néanmoins fidèle à certains détails, et dans laquelle j’ai adoré me plonger, à savoir dans un Los Angeles abyssal, sombre et angoissant. Une lecture que vous devriez ajouter à votre liste, même si elle ne reste que de la fantaisie, un produit dérivé supplémentaire à ajouter au cold case du Black Dahlia.

LE FILM : Le Dahlia Noir de Brian de Palma

C’est précisément par ce biais que j’ai été confrontée, il me semble, pour la première fois à l’histoire du Dahlia Noir. Un film noir, à l’ambiance oppressante et pourtant terriblement esthétique, signé du Maître en la matière, Brian de Palma. Je ne vais pas m’étendre en détails sur ce film car je suppose que beaucoup d’entre vous ont certainement dû déjà le voir, mais cela reste, et cela me regarde, un très bon film, malgré les critiques plutôt mitigées.

Une fois de plus, ne comptez pas sur cette oeuvre pour résoudre le mystère, elle est une adaptation pure et simple du roman dont je vous ai parlé juste au-dessus, par James Ellroy. Toutefois, je ne boude pas mon plaisir lorsque l’on me sert un Josh Hartnett affublé d’un style 40’s et que j’ai le plaisir de profiter d’un Los Angeles aussi beau que hanté par des âmes torturées.

L’ENQUÊTE : “Qui a tué le Dahlia Noir ? L’énigme enfin résolue” – Stéphane Bourgoin

Nous y voilà. C’est certainement l’un des livres les plus éprouvants mais les plus fascinants qu’il m’ait été donné de lire. Près de 500 pages d’enquête, aussi effroyables qu’addictives. J’ai réservé cette lecture à mes trajets en transport en commun, mais croyez-moi, il m’était difficile de ne pas rouvrir ce livre une fois arrivée chez moi. (Mais comme je ne tiens pas à cauchemarder de tueurs en série, j’ai préféré le laisser dans mon sac !)

Stéphane Bourgoin, si vous ne le connaissiez pas déjà, est un auteur spécialiste en criminologie, et plus particulièrement sur le sujet des tueurs en série (thème Ô combien fascinant, s’il en est). Il est aussi un enquêteur hors pair, et c’est bien ce qui ressort de cette lecture. L’écrivain a en effet une quête obsessionnelle, celle de trouver le tueur du Dahlia Noir. Fasciné depuis très longtemps, il avait déjà, il y a bien des années, rédigé un premier livre sur ce sujet. Toutefois, cette dernière enquête extrêmement (et la plus) aboutie, est le travail de vingt très longues années et le fruit de nombreuses investigations, qui mène finalement l’auteur a révélé – selon lui – l’identité du tueur.

Il passe au peigne fin toutes les théories, des plus abracadabrantes aux plus plausibles, livre les détails les plus incroyables sur l’enquête, souvent même déconcertants (notamment sur le suivi de police des plus hasardeux), et truffe le livre de photos qui illustrent son récit. Je dois toutefois vous mettre en garde : toutes sont en noir et blanc (donc visuellement moins agressives) mais certaines sont difficilement soutenables pour les âmes sensibles. (Autant vous dire que je n’osais pas regarder les gens qui avaient le malheur de profiter de ces images lors de mes lectures en métro…)

Je ne saurai vous en dire plus, car je ne compte ni vous spoiler ni vous résumer 500 pages en quelques lignes, mais à force de recoupements, de persévérance et de raisonnement logique, je dois dire que la théorie de Stéphane Bourgoin m’a convaincue. Toutefois, même si les faits sont souvent difficiles et le contenu bouleversant, l’auteur écrit avec une légèreté et une fluidité fascinante, ce qui rend la lecture, du moins sur sa forme, très facile, intelligible et rapide, en dépit de tous les détails qui y sont passés au crible.

Décortiquer autant de faits et d’éléments minutieux, les rapprocher et les étudier face à d’autres meurtres de tueurs en série a dû être un travail de titan (et je comprends mieux qu’il ait fallu tout ce temps pour retracer un crime vieux de 70 ans). Je me suis également posée de nombreuses questions sur les raisons de tout ce battage médiatique autour du Dahlia, tant d’années après. Sur ma propre fascination, même, sur ce crime sordide, et sur ce qu’elle dit sur notre société. Mais c’est un élément de plus qui restera énigmatique. Le Dahlia Noir restera pour toujours auréolé d’un voile de mystère, une réflexion que James Ellroy a su parfaitement mettre en mots. Ils seront la conclusion de cet article.

« Le Dahlia noir est un fantôme, une page blanche qui exprime nos peurs et nos désirs. Une Mona Lisa de l’après-guerre, une icône de Los Angeles. »

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *