Gourmands, délicats et absolument réconfortants, je vous dévoile mes 5 lieux préférés où il fait bon déguster gâteaux généreux et siroter quelques tasses de thé.

Vous y trouverez donc de l’incontournable, bien sûr, mais aussi quelques adresses plus confidentielles que j’apprécie pour leur douceur, leur calme et la qualité de leur carte.

LE CLASSIQUE : Ladurée

Alors oui, je sais, difficile de faire plus classique que Ladurée. Pour autant, leurs salons restent des valeurs sûres, des petits cocons aux décors surannés qui donnent envie de s’y prélasser des après-midi entiers. Mon salon favori reste cependant celui de la Rue Royale (à deux pas de la Madeleine) qui s’étend sur deux étages à travers des salons aux ambiances différentes.

Leur carte de thé est impressionnante et délicieuse, je regrette juste que leurs pâtisseries soient parfois surgelées. Je reste cependant fidèle à l’adresse et à l’un de mes desserts préférés qui n’existe d’ailleurs que chez eux : la religieuse à la rose ! Il en existait une version délicieuse à la violette, mais par manque de popularité j’imagine, celle-ci a été escamotée, à mon grand regret, de la carte.
Mes thés préférés : Mélange Ladurée, Marie-Antoinette, Joséphine.
Ladurée
16-18 Rue Royale, 75008 Paris

L’HISTORIQUE : Angélina

Si vous passez régulièrement le samedi après-midi rue de Rivoli, peut-être avez-vous déjà vu cette file interminable qui s’étend sur plusieurs mètres devant une devanture de style Belle Epoque ? Bienvenue chez Angélina ! Il faut donc y aller très tôt, ou s’armer de patience. L’attente est infiniment plus agréable les jours de printemps ou d’été (comme actuellement) que lors d’un hiver glacial. Pourtant, le jeu en vaut la chandelle : cet endroit est une parenthèse enchantée dans le temps, aussi gourmande que magique. J’y ai toujours passé des goûters fabuleux et m’y régale à chaque fois. Le personnel est charmant et aux petits soins, et le décor des plus raffinés. Il est en effet d’époque (1903 plus exactement), signé de l’architecte Edouard-Jean Niermans, figure de l’art architectural de la Belle Epoque.

Pour ce qui est dans l’assiette, vous ne serez pas en reste : les pâtisseries sont composées autour de classiques (et notamment du classique de la Maison, le Mont-Blanc, un délice à base de crème de marrons), mais également de créations éphémères qui changent au fil des saisons. La photo que je vous propose a été faite cet hiver, aussi ce gâteau n’est plus à la carte, mais je l’ai particulièrement adoré. Vous pourrez même repartir avec un souvenir gourmand grâce à leur ravissante épicerie fine : je suis fan des étuis de leurs produits de style art nouveau et de leurs petites crêpes dentelles !

Mon thé préféré : le mélange Angélina même si je devrais plutôt vous orienter vers leur chocolat chaud iconique (que vous pouvez aussi déguster plus tard pour chez vous grâce au conditionnement en bouteille disponible à la boutique).
Angélina
226 rue de Rivoli, Paris 1er.

LE POPULAIRE : Le loir dans la théière


Un joyeux non-anniversaire, mon cher, mon cher, un joyeux non-anniversaire mon cheeerrr !
Nul doute que vous aurez fait le lien avec un conte cher à mon coeur : Alice au Pays des Merveilles ! Et peut-être vous souvenez-vous de cet incroyable goûter dans lequel Alice se retrouve, assise entre un chapelier toqué et le lièvre de Mars ? Le nom de cet établissement en plein coeur du Marais y est une référence directe, puisqu’il tire son nom du pauvre petit loir enfermé dans une théière. On y retrouve d’ailleurs une fresque dédiée au livre de Lewis Carroll à l’intérieur, ainsi qu’une décoration charmante faite de bric et de broc. L’ambiance est bon enfant, mais je vous conseille vivement d’y aller là encore très tôt ou de prévoir de l’attente, l’endroit étant très fréquenté le weekend.

A l’heure du goûter, on y déguste de succulents gâteaux maison, des tartes au citron délicieuses et je suis tombée amoureuse de leur thé maison (un mélange spécial).

Mon thé préféré : sans grande surprise, il s’agit de leur mélange spécial qui, dans mes souvenirs, a été réalisé par une maison de thé chez qui il est possible de se le procurer (le nom de la maison m’échappe malheureusement).
Le Loir dans la Théière
3 rue des Rosiers, Paris 4e

LE FAMILIAL : La Bossue

Avec son nom rigolo et son emplacement idéal en plein coeur de Montmartre, la Bossue semble être cette petite mamie si attachante qui se met aux fourneaux pour étonner les papilles et réconforter les coeurs. J’ai d’ailleurs découvert ce lieu au hasard d’une promenade, et c’est son mobilier délicieusement rétro et raffiné qui m’a fait m’y arrêter. J’y suis depuis revenue plusieurs fois et n’ai jamais, Ô grand jamais, été déçue. On s’y sent comme à la maison et surtout on y mange des douceurs faites maison qui me donnent encore maintenant l’envie de me lécher les babines !


Un comptoir est aussi disponible pour la vente à emporter. Je n’ai qu’un seul regret : que ce quartier soit aussi loin de chez moi !
Mon thé préféré : une fois n’est pas coutume, j’ai toujours savouré de délicieux cafés (dont un liégeois et sa crème gourmande à souhait), mais je suis certaine que les thés y sont aussi très bons !
La Bossue
9, rue Joseph de Maistre, Paris 18e.

LE ROYAL : Nina’s Marie Antoinette

Si votre altesse veut bien se donner la peine…
Nina’s a tout pour me plaire. Son écrin situé à deux pas de la Place Vendôme est un boudoir teinté de rose poudré, on s’installe dans de confortables chaises d’inspiration baroque ou même sur un sofa si on a de la chance ce jour-là. Le personnel est d’une gentillesse rare (la charmante dame qui y officie m’offre d’ailleurs à chaque fois des sachets de thé lorsque je m’en vais) et on s’y sent véritablement comme à la maison. L’endroit est raffiné, la carte de thé est dense mais tous ceux que j’y ai goûtés sont délicieux. Il est même possible de repartir avec l’un d’eux si on l’a vraiment apprécié.

Quant à leur pâtisserie, celle-ci est unique, vous n’aurez pas d’autre choix, mais croyez-moi : vous n’en voudrez pas d’autre une fois que vous aurez goûté leur gâteau iconique à base de pomme, de chocolat blanc et de rose. Un délice ! Les pommes, comme les roses d’ailleurs, qui parfument subtilement les créations de la Maison sont dans le potager du roi, à Versailles !

Et la référence royale ne s’arrête pas là : la Maison doit son héritage entre autres à sa Majesté Marie-Antoinette pour qui Nina’s a élaboré un thé spécial, après que celle-ci fut séduite par les différents arômes qui étaient fabriqués à l’origine par la distillerie qui a créé Nina’s. Vous l’aurez donc compris, on se sent vite comme une princesse des temps modernes chez Nina’s.

Mon thé préféré : l’iconique Marie-Antoinette et le thé des Muses.

Nina’s Paris
29 Rue Danielle Casanova, 75001 Paris

Et voilà ! J’espère que ces adresses susciteront votre curiosité, et si vous y êtes déjà allés ou que vous y allez, n’hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *