Loretta Banana

paris

J’ai deux amours, mon Pays et Paris ♫

C’est avec cette chanson d’une femme qui est l’une de mes icônes et qui parle d’une ville qui m’est chère, Paris, que je voulais ouvrir ce post ! Comme Joséphine Baker, Paris est l’un de mes amours (et Josy aussi, soit dit en passant), en dépit de ses occupants souvent bien ronchons et d’une politesse qui semble avoir été remisée aux catacombes !

Toujours est-il que j’ai adoré ce moment et ces photos, grâce à l’initiative de la si douce et talentueuse Bulle de Mint. J’avais eu la chance de découvrir cette jeune femme lors de l’avant-dernier Dapper Day, puis l’avais revue lors du dernier en date (je vous en avais parlé ici et dont elle était la photographe officielle) et depuis j’ai non seulement pu apprendre à mieux la connaître, mais je me suis surtout trouvé beaucoup de points communs avec elle.

Aussi, lorsqu’elle m’a proposé de faire ces quelques photos, j’ai évidemment accepté immédiatement ! J’ai vraiment adoré le choix des lieux si iconiques de Paris et surtout son regard de photographe bienveillant.

Enfin, concernant ma tenue, hormis cette cape tout droit sortie de mes rêves (je voulais absolument ce genre de manteaux pour l’hiver et surtout dans un rose poudré si parfait), aucun de mes vêtements n’est de cette saison, tout simplement car j’ai décidé de restreindre mes achats, notamment au sein des grandes marques chez qui je ne me reconnais plus, tant dans les matières utilisées que dans les conditions de fabrication. J’achète donc moins, mais mieux. Je suis d’ailleurs en train de préparer un long post à ce sujet !

Cape : Gérard Pasquier (dénichée inopinément dans une boutique outlet)
Pull : Monoprix
Jupe : Cyrillus
Bottines : André
Boucles d’oreilles : Mango
Collants : Calzedonia
Ceinture : Mademoiselle R (La Redoute)
Bracelet : Lotta Djossou
Sac : vintage

Belle semaine 

Danser sur la scène du Lido : un rêve devenu réalité !

Du haut de mon mètre 61, j’ai dansé sur les planches de l’iconique scène du lido, et réalisé un rêve que je n’osais même pas imaginer !

En effet, ce n’est un secret pour personne (ou tout du moins ceux qui me connaissent un tant soit peu) : j’ai toujours eu une obsession pour les cabarets et le music-hall, depuis petite. Cette profusion de plumes, de paillettes, de costumes incroyables et de magie a toujours eu un pouvoir hypnotique sur moi, au point que j’ai fait de cette passion quelque chose d’un peu plus concret, dont je vous parlais justement ici.

C’est donc dans cette continuité que je me suis décidée l’année passée à écumer notre patrimoine de cabarets parisiens, afin d’en connaître leurs coulisses, ou tout du moins leur revue ! Le Moulin Rouge, le Crazy Horse, le Paradis Latin, tous y sont passés, y compris le Lido, le jour de mon anniversaire. Un cadeau magique que mes parents m’ont offert et dont je n’avais pourtant pas parlé ici, alors que j’y avais passé une soirée des plus exceptionnelles !

(Le soir de mon anniversaire)

Et puis un an presque jour pour jour après avoir découvert leur sublimissime revue Paris Merveilles qui m’avait plus qu’enchantée, je me retrouve à être conviée à l’une de leur Masterclass, inédite, suite à un concours organisé par la jolie Ithaablog. Je découvre avec émerveillement qu’elle avait participé elle-même à ce moment privilégié puis trépigne en voyant qu’un concours est proposé pour y participer. Je tente le tout pour le tout et la chance me sourit : je suis sélectionnée !

Autant vous dire que je tremblais d’excitation les jours précédents l’événement, j’avais même du mal à croire que j’allais pouvoir vivre ça. Puis le jour J arrive et l’exaltation laisse place à un peu d’appréhension : vais-je être à la hauteur ? Est-ce que je vais me sentir à l’aise ? Les filles vont-elles être douces et cool ? J’ai à peine eu le temps de stresser que je me presse dans le grand et luxueux hall du Lido où je suis accueillie comme une princesse.

L’équipe est tout sourire et m’offre dès mon arrivée un tee-shirt incrusté de cristaux au nom du Lido. Cela tombe bien : j’avais justement mis pour l’occasion mon tee-shirt Lido customisé par Shourouk et que mon Doren m’avait offert pour Noël. Mais pas le temps de se perdre en rêvasserie, il est déjà l’heure d’enfiler sa tenue de danse.

 

On m’avait prévenue : se munir d’un legging et de baskets mais bien sûr je n’en fais qu’à ma tête et me pointe justement en chausson demi-pointe et body, comme j’ai l’habitude de le faire à mes cours d’éventails. Evidemment je suis la seule à avoir voulu jouer les petits rats du Lido.

Qu’importe, il faut déjà rejoindre l’impressionnante salle de la revue, qui m’avait tant émerveillée lorsque j’étais venue en spectatrice et qui là, me semble démesurément grande. Je suis hypnotisée par les chandeliers et la scène, comme les jolies autres chanceuses qui m’accompagnent pour la masterclass.

Une sacrée équipée de jolies filles, qui bougent toutes extrêmement bien et n’ont rien de débutantes : toutes ont un passé avec la danse et nous commençons à comprendre que cela va nous pousser à donner le meilleur de nous-même sur cette masterclass (spoiler alert : il valait mieux car nous avons été filmées par FR3. OUI. Moi quand je découvre l’équipe de tournage en arrivant dans la salle :).

J’avoue que même si j’adore danser, je suis sacrément époustouflée par le niveau de certaines, la précision de leurs gestes, leur souplesse et leur présence ! Mais aucune mauvaise ambiance, loin de là : toutes sont ici pour profiter, aucune compétition, juste un moment de magie entre amoureuses de la danse et du spectacle. Et ça se sent : il règne une énergie positive et une émotion qui m’ont vraiment énormément touchée et stupéfaite (dans le bon sens du terme).

Mais le clou du spectacle, ce n’est pas la scène, si incroyable soit-elle, ni les costumes (dont je vous parlerai après et avec lesquels j’ai pu danser) mais bien Alexandra, l’une des danseuses du Lido, qui a animé la masterclass, ainsi que Jane Sansby, la maîtresse de ballet.

(La salle lors du show)

Pour avoir pratiqué la danse pendant très longtemps (et si vous en avez fait, vous savez de quoi je parle), certain.e.s professeurs sont loin d’être patients et bienveillants et j’en ai même fait l’amère expérience encore récemment à un cours de barre au sol. Pour autant, ici on touche à une institution et à un niveau d’excellence, et même si nous n’étions “que” des élèves de masterclass, j’ai trouvé Alexandra et Jane d’une douceur rare.

Souriantes, elles n’étaient pas avares en compliments et nous ont stimulées avec bienveillance pendant près de 2h. Au-delà de la grâce et de la technique d’Alexandra, puis de la maîtrise et du professionnalisme de Jane, j’ai vraiment ressenti à quel point ce qu’elles faisaient était une passion, une chose viscérale qui vous intime de donner le meilleur de vous-même aux autres. J’ai tellement apprécié qu’elles puissent partager avec nous leurs conseils, qu’ils soient techniques ou pour l’attitude sur la scène, c’était inespéré de pouvoir apprendre tant de choses. (Et j’ai tenté de les appliquer lors de ma scène des Plumettes et compte bien les archiver précieusement dans mon esprit).

(Et si vous voulez tout savoir, entre nous, être une Bluebell girl (nom donné aux chorus girls du Lido) c’est un vrai art qui n’en a pas l’air, mais qui est tout sauf évident. Je peux vous dire qu’avoir l’air glamour sans y toucher, c’est beaucoup de maîtrise et de technique !)

Un de mes tableaux préférés du show

Comme je le soulignais plus haut, cette Masterclass (qui n’a eu lieu que deux fois donc mais qui pourrait peut-être être renouvelée) a été filmée du début à la fin par une équipe de FR3. Autant vous dire donc qu’entre l’appropriation de l’espace scénique, l’intégration des chorés, auxquelles il faut ajouter de la grâce et de l’élégance, tout cela en étant filmée par une caméra : cela n’avait rien de si évident pour moi (et les filles). Mais c’était une vraie belle expérience, aussi incroyable qu’inédite.

Nous avons donc également appris à descendre les vertigineux escaliers de la scène comme de véritables chorus girls, exécuté un cancan endiablé (la danse de cabaret la plus éprouvante qui soit) avec les jupes des danseuses, et enchaîné un bout de chorégraphie de la revue avec un costume de scène fait de plumes et de fleurs (hiiiiiii).

Autant ce dernier élément était d’une légèreté absolue malgré son allure imposante, autant la jupe de cancan est aussi sublime qu’elle est un fardeau pour danser. Imaginez déjà à quel point une simple choré peut vous donner chaud, et ajoutez-y une jupe longue, excessivement lourde et… entièrement doublée de plumes, qu’il faut régulièrement soulever et faire passer au-dessus de sa tête, si l’on veut faire correctement honneur à la mémoire de La Goulue.

(ça a l’air si simple vu d’ici ! haha)

En bref : les danseuses du Lido sont de vraies athlètes, au cas où vous en douteriez encore, doublées de filles sublimes. (Je me suis sentie si petite à côté d’Alexandra et son mètre 75 largement dépassé – un critère que je suis loin d’atteindre ha ha ha).

Et je pense que vous l’aurez compris, mais je suis sortie de cet après-midi magique avec les yeux remplis de paillettes, le coeur gonflé de passion et d’exaltation, à l’image des autres filles vivant le rêve.

J’espère que ce (long) article vous aura donné envie d’assister à Paris Merveilles (ce que j’espère) et en attendant vous pouvez jeter un oeil au reportage de FR3 (dans lequel on ne me voit pas trop, mais ce n’est pas plus mal ).

Je remercie encore sincèrement Ithaa pour m’avoir permis de réaliser un rêve qui n’en était pas un tant il est en réalité inaccessible mais aussi et surtout l’équipe du Lido qui vraiment a été accueillante et adorable avec nous. Sans oublier Alexandra et Jane qui ont un peu plus fait scintiller le Lido dans mon coeur. Je suis vraiment reconnaissante d’avoir pu vivre un tel moment, qui restera pendant longtemps dans ma mémoire.

Dapper Day à Disneyland Paris !

Première pause photo sur Main Street USA avec Jess & Doren

Il en faut, peu, pour être heureux, vraiment très peu pour être heureux, il faut se satisfaire du nécessaiiiire !

Et mon nécessaire : mes amis, des jolies robes et Disneyland Paris en ce Dapper Day du 5 mai dernier (vous pourrez même voir ma bobine sur le flyer de l’événement ) ! Peut-être d’ailleurs vous demandez-vous encore ce qu’est le Dapper Day ? C’était mon 2e au sein de Disneyland Paris, mais ces événements existent depuis longtemps aux USA et ont pris une ampleur phénoménale là-bas : on y trouve des stands de marque vintage et les rassemblements y sont impressionnants, Dita Von Teese y a même organisé un book signing lors de la dernière édition US !

Plus concrètement, il s’agit de s’habiller de manière chic, rétro ou pas (mais c’est tout de même plus authentique), un peu comme le faisaient les gens à l’époque de l’ouverture du parc Disney dans les années 50. Aujourd’hui, le Dapper Day s’ouvre même au Disney Bound, autre courant qui lui n’est pas forcément rétro mais qui correspond à l’idée d’imaginer une tenue reprenant les codes couleurs d’un personnage Disney identifié (par exemple un noeud rouge dans les cheveux, un haut bleu et une jupe jaune pour Blanche-Neige).

Autre élément important à savoir : le Dapper Day est accepté par Disney mais n’est pas organisé par lui ! C’est donc vraiment une entité à part entière, laquelle vit à travers d’autres événements que vous pourrez d’ailleurs trouver sur leur site officiel. Si d’ailleurs le sujet vous intéresse, je pourrais même faire un petit post “vintage” de photos prises à Disneyland dans les années 50 pour vous inspirer et vous en dire plus sur ce thème ?

“It’s a small world after all” ou comment vous bousiller le cerveau avec une musique les 5 prochaines heures. Ne me remerciez pas.

Quoiqu’il en soit, cette journée fut à la hauteur de mes espérances : le soleil brillait, les tenues étaient tout aussi époustouflantes, j’ai passé une journée magique avec mes amis et surtout j’ai pu faire des rencontres vraiment super, notamment avec la jolie et talentueuse Rose Grey qui était mandatée pour faire des portraits des participants et m’avait gentiment proposé de me dessiner, ce que j’ai bien sûr accepté avec joie ! Vous trouverez la photo du dessin à la toute fin de cet article.

Alors, accrochez votre ceinture, deuxième étoile à droite, et tout droit jusqu’au matin : je vous emmène avec moi (et mes amis Jess et Doren) dans ce Dapper Day à Disneyland Paris !

Comme vous le constatez, j’avais opté pour une tenue très Safari chic, aussi je n’avais qu’une idée en tête : faire quelques photos dans un endroit un peu caché d’Adventureland, que j’ai pour tout vous dire découvert il y a seulement un an. Une surprise se cache même dans les photos suivantes !

Tada ! Avec mes gars sûrs, j’ai nommé Kaa (le serpent du Livre de la Jungle pour les incultes ici bas) et Zazou l’oiseau rabat-joie (qu’on adore quand même) dans le Roi Lion ! (Si vous ne savez pas où se trouve cet endroit – un peu caché- laissez-moi un petit commentaire et je vous expliquerai tout ça !)

“Sympa ta robe ! Elle vient d’où ?” Kaa

Bon, et comment vous dire que j’ai frôlé l’hystérie quand j’ai vu que mon pote Baloo n’était pas contre danser une petite Macarena avec moi !

La talentueuse Rose Grey a immortalisé ma tenue, et c’est l’adorable Bulle de Mint qui elle a immortalisé le moment. Merci à vous les filles 

Si un détail de ma tenue vous intéresse, en voici les références. Je porte :
Une robe MONOPRIX (oui, oui, oui !)
Des chaussures MISS L FIRE (modèle Loretta ) et MONOPRIX (ne me jugez pas, mais piétiner toute la journée en talons à Disney, ça épuise)
Une capeline H&M (de l’an dernier)
Un sac ESPRIT excessivement vintage (il doit dater d’il y a 10 ans, offert par ma mamie, et je l’adore toujours autant ! Ils devraient refaire des modèles comme celui-ci !)
Des boucles d’oreilles pompons H&M
Une bague SWAROVSKI
Des bracelets vintage
Des lunettes SWAROVSKI
(Et un joli badge Dapper Day sur le col de ma robe )

Je remercie également l’amoureux de Jess qui a consciencieusement pris toutes les jolies photos de Jess, Doren et moi. Merci Oli ! J’espère que ce post vous aura plu, et si vous comptez vous rendre au prochain Dapper Day, faites-moi signe. 

Mes 5 salons de thés favoris à Paris

Gourmands, délicats et absolument réconfortants, je vous dévoile mes 5 lieux préférés où il fait bon déguster gâteaux généreux et siroter quelques tasses de thé.

Vous y trouverez donc de l’incontournable, bien sûr, mais aussi quelques adresses plus confidentielles que j’apprécie pour leur douceur, leur calme et la qualité de leur carte.

LE CLASSIQUE : Ladurée

Alors oui, je sais, difficile de faire plus classique que Ladurée. Pour autant, leurs salons restent des valeurs sûres, des petits cocons aux décors surannés qui donnent envie de s’y prélasser des après-midi entiers. Mon salon favori reste cependant celui de la Rue Royale (à deux pas de la Madeleine) qui s’étend sur deux étages à travers des salons aux ambiances différentes.

Leur carte de thé est impressionnante et délicieuse, je regrette juste que leurs pâtisseries soient parfois surgelées. Je reste cependant fidèle à l’adresse et à l’un de mes desserts préférés qui n’existe d’ailleurs que chez eux : la religieuse à la rose ! Il en existait une version délicieuse à la violette, mais par manque de popularité j’imagine, celle-ci a été escamotée, à mon grand regret, de la carte.
Mes thés préférés : Mélange Ladurée, Marie-Antoinette, Joséphine.
Ladurée
16-18 Rue Royale, 75008 Paris

L’HISTORIQUE : Angélina

Si vous passez régulièrement le samedi après-midi rue de Rivoli, peut-être avez-vous déjà vu cette file interminable qui s’étend sur plusieurs mètres devant une devanture de style Belle Epoque ? Bienvenue chez Angélina ! Il faut donc y aller très tôt, ou s’armer de patience. L’attente est infiniment plus agréable les jours de printemps ou d’été (comme actuellement) que lors d’un hiver glacial. Pourtant, le jeu en vaut la chandelle : cet endroit est une parenthèse enchantée dans le temps, aussi gourmande que magique. J’y ai toujours passé des goûters fabuleux et m’y régale à chaque fois. Le personnel est charmant et aux petits soins, et le décor des plus raffinés. Il est en effet d’époque (1903 plus exactement), signé de l’architecte Edouard-Jean Niermans, figure de l’art architectural de la Belle Epoque.

Pour ce qui est dans l’assiette, vous ne serez pas en reste : les pâtisseries sont composées autour de classiques (et notamment du classique de la Maison, le Mont-Blanc, un délice à base de crème de marrons), mais également de créations éphémères qui changent au fil des saisons. La photo que je vous propose a été faite cet hiver, aussi ce gâteau n’est plus à la carte, mais je l’ai particulièrement adoré. Vous pourrez même repartir avec un souvenir gourmand grâce à leur ravissante épicerie fine : je suis fan des étuis de leurs produits de style art nouveau et de leurs petites crêpes dentelles !

Mon thé préféré : le mélange Angélina même si je devrais plutôt vous orienter vers leur chocolat chaud iconique (que vous pouvez aussi déguster plus tard pour chez vous grâce au conditionnement en bouteille disponible à la boutique).
Angélina
226 rue de Rivoli, Paris 1er.

LE POPULAIRE : Le loir dans la théière


Un joyeux non-anniversaire, mon cher, mon cher, un joyeux non-anniversaire mon cheeerrr !
Nul doute que vous aurez fait le lien avec un conte cher à mon coeur : Alice au Pays des Merveilles ! Et peut-être vous souvenez-vous de cet incroyable goûter dans lequel Alice se retrouve, assise entre un chapelier toqué et le lièvre de Mars ? Le nom de cet établissement en plein coeur du Marais y est une référence directe, puisqu’il tire son nom du pauvre petit loir enfermé dans une théière. On y retrouve d’ailleurs une fresque dédiée au livre de Lewis Carroll à l’intérieur, ainsi qu’une décoration charmante faite de bric et de broc. L’ambiance est bon enfant, mais je vous conseille vivement d’y aller là encore très tôt ou de prévoir de l’attente, l’endroit étant très fréquenté le weekend.

A l’heure du goûter, on y déguste de succulents gâteaux maison, des tartes au citron délicieuses et je suis tombée amoureuse de leur thé maison (un mélange spécial).

Mon thé préféré : sans grande surprise, il s’agit de leur mélange spécial qui, dans mes souvenirs, a été réalisé par une maison de thé chez qui il est possible de se le procurer (le nom de la maison m’échappe malheureusement).
Le Loir dans la Théière
3 rue des Rosiers, Paris 4e

LE FAMILIAL : La Bossue

Avec son nom rigolo et son emplacement idéal en plein coeur de Montmartre, la Bossue semble être cette petite mamie si attachante qui se met aux fourneaux pour étonner les papilles et réconforter les coeurs. J’ai d’ailleurs découvert ce lieu au hasard d’une promenade, et c’est son mobilier délicieusement rétro et raffiné qui m’a fait m’y arrêter. J’y suis depuis revenue plusieurs fois et n’ai jamais, Ô grand jamais, été déçue. On s’y sent comme à la maison et surtout on y mange des douceurs faites maison qui me donnent encore maintenant l’envie de me lécher les babines !


Un comptoir est aussi disponible pour la vente à emporter. Je n’ai qu’un seul regret : que ce quartier soit aussi loin de chez moi !
Mon thé préféré : une fois n’est pas coutume, j’ai toujours savouré de délicieux cafés (dont un liégeois et sa crème gourmande à souhait), mais je suis certaine que les thés y sont aussi très bons !
La Bossue
9, rue Joseph de Maistre, Paris 18e.

LE ROYAL : Nina’s Marie Antoinette

Si votre altesse veut bien se donner la peine…
Nina’s a tout pour me plaire. Son écrin situé à deux pas de la Place Vendôme est un boudoir teinté de rose poudré, on s’installe dans de confortables chaises d’inspiration baroque ou même sur un sofa si on a de la chance ce jour-là. Le personnel est d’une gentillesse rare (la charmante dame qui y officie m’offre d’ailleurs à chaque fois des sachets de thé lorsque je m’en vais) et on s’y sent véritablement comme à la maison. L’endroit est raffiné, la carte de thé est dense mais tous ceux que j’y ai goûtés sont délicieux. Il est même possible de repartir avec l’un d’eux si on l’a vraiment apprécié.

Quant à leur pâtisserie, celle-ci est unique, vous n’aurez pas d’autre choix, mais croyez-moi : vous n’en voudrez pas d’autre une fois que vous aurez goûté leur gâteau iconique à base de pomme, de chocolat blanc et de rose. Un délice ! Les pommes, comme les roses d’ailleurs, qui parfument subtilement les créations de la Maison sont dans le potager du roi, à Versailles !

Et la référence royale ne s’arrête pas là : la Maison doit son héritage entre autres à sa Majesté Marie-Antoinette pour qui Nina’s a élaboré un thé spécial, après que celle-ci fut séduite par les différents arômes qui étaient fabriqués à l’origine par la distillerie qui a créé Nina’s. Vous l’aurez donc compris, on se sent vite comme une princesse des temps modernes chez Nina’s.

Mon thé préféré : l’iconique Marie-Antoinette et le thé des Muses.

Nina’s Paris
29 Rue Danielle Casanova, 75001 Paris

Et voilà ! J’espère que ces adresses susciteront votre curiosité, et si vous y êtes déjà allés ou que vous y allez, n’hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé !