Loretta Banana

vintage

Soirée Glamour avec Top Vintage

Life is a party, dress like it!“. Oh, comme j’aime ce petit dicton qui résume à merveille ma vision des choses ! Pour moi, il n’y a pas de jour particulier où porter de l’eyeliner ou pour mettre une robe élégante ! Bien au contraire ! C’est souvent même une manière pour moi de me donner du courage, de trouver une certaine confiance mais aussi par simple goût de l’esthétisme.

Or je dois bien l’avouer, force est de constater que la mode actuelle manque souvent cruellement de distinction et d’élégance. J’ai donc bien souvent un peu de mal à trouver chaussure à mon pied ou bien alors il faudrait que j’y laisse mon livret A, ce qui serait bien ennuyeux vous en conviendrez. Aussi, quand on m’a donné l’occasion de découvrir plus en détails l’e-shop Top Vintage, je n’ai pas hésité longtemps !

Cette boutique virtuelle multimarque est originaire des Pays-Bas et s’est faite connaître par ses collections de vêtements inspirés des années 20 à 70 environ. Il ne s’agit donc pas de vintage mais bien de reproduction (et je dois dire que ce n’est parfois pas plus mal : j’adore le vintage mais combien de fois ai-je craqué le zip de certaines de mes robes ? Je n’ose même plus compter !).

Il y a donc quelques semaines, mon acolyte Jess et moi-même nous sommes rendues dans leur boudoir éphémère, le temps d’une soirée à vrai dire, dans l’une des petites loges du théâtre Mogador. Nous avons eu l’occasion de pouvoir voir de plus près leur collection printemps/été 2018, pleine de robes en vichy style Bardot, de jupons froufroutant, de combinaisons façon petit marin d’eau douce et d’accessoires tous plus féminins les uns que les autres !

C’était donc pour moi une superbe découverte et j’ai déjà repéré quelques pièces qui pourraient bien venir vous faire de l’oeil ici dans peu de temps ! J’ai d’ailleurs eu un coup de coeur pour leur collection Vintage Diva qui représente absolument tout ce que j’aime : des formes féminines, un style glamour et une production en Europe à des prix que je trouve vraiment raisonnables (environ 139€ la robe).

Outre donc ces jolies tenues, nous avons eu droit à une soirée incroyablement glamour, ponctuée d’un show Burlesque par Charly broutille (que j’avais déjà vue à la Nouvelle Seine au Cabaret Burlesque et qui est adorable de simplicité), ainsi que d’un mini-concert des Satin Dollz, habillées en Top Vintage pour l’occasion. D’ailleurs je vous invite à suivre leur compte Instagram si vous aimez les univers musicaux rétro, puisqu’elles reprennent essentiellement des standards des années 50 qu’elles interprètent en petites chorégraphies absolument délicieuses.

Enfin, c’était aussi l’occasion de rencontrer “en vrai” certaines filles avec qui j’échangeais déjà sur Instagram, notamment Lily Porcelaine, avec qui j’ai été ravie de papoter durant la soirée !  Je tenais également à remercier sincèrement l’équipe si glamour de Top Vintage, disponible et si avenante pendant la soirée, c’était un délice !

Pour retrouver Top Vintage, c’est juste ici !

PS : merci à Jess pour les photos ❤

 

Escapade dans le temps au Musée des Arts Forains


La semaine dernière, et à l’occasion du Festival du Merveilleux qui se tenait entre fin décembre 2017 et tout début janvier 2018, je me suis rendue pour la deuxième fois et pour le plus grand bonheur de mes mirettes au Musée des Arts Forains, aux Pavillons de Bercy dans le 12e arrondissement.

Et bien que le musée n’ait pas foncièrement changé depuis ma dernière visite il y a 3 ans, la magie, elle, est aussi restée intacte. Ce lieu me fascine depuis mes sorties de jeune adulte, lorsqu’un jour, au détour d’une déambulation nocturne à bercy Village, j’ai entraperçu l’allée festive et délicieusement rétro dans laquelle semblait se dérouler une soirée privée. Curieuse et interloquée, j’ai découvert l’existence d’un lieu qui semblait figé dans le temps, regorgeant de mystères et d’histoire, et n’ai entrepris de le visiter qu’il n’y a peu de temps, finalement.

Il faut dire que le musée des Arts Forains n’est pas si aisé d’accès : il ne se visite que sur rendez-vous et votre sortie doit donc être planifiée à l’avance, et j’avoue que je n’avais jamais osé franchir le cap… Jusqu’à ce que je découvre le Festival du Merveilleux et ses journées “portes ouvertes” pendant lesquelles il est possible d’accéder au Musée sans rendez-vous préalable et au gré de son envie. Je vous conseille cependant de booker vos tickets en ligne comme je l’ai fait, ce qui vous évite de devoir faire la queue une fois arrivé. Car oui, le musée étant assez peu accessible le reste de l’année, il est facilement pris d’assaut pendant ces quelques jours ! Toutefois si vous ne pouviez pas attendre Noël prochain (ce que je comprends aisément !) alors organisez votre visite en direct avec le Musée (j’imagine que le côté plus intimiste et moins effervescent doit ajouter à la magie du lieu).

J’aimerais tenter de vous résumer cette expérience en mettant des mots sur cet endroit, mais ce musée est tellement unique qu’il me semble difficile de s’arrêter à quelques adjectifs ! Il me rappelle d’ailleurs indéniablement la saison 4 d’American Horror Story et son “Freak Show” qui se déroule dans un cirque tombé en désuétude. L’atmosphère est sensiblement la même, bien que vous ne trouverez là-bas aucun freak ni malaise, mais uniquement fantaisie, magie et artistes en tout genre ! De Phil le danseur de claquettes et ses inspirations années 20 à cette acrobate canadienne qui s’envole dans les airs à l’aide d’un cerceau ou de voiles suspendus.

Mais ce qu’il ne faut pas rater, au Musée des Arts Forains, c’est son essence même : vous y découvrirez, à travers différents salons (Salons Vénitiens, Magic Mirror dont je vous parlerai plus bas ou encore la petite ruelle transformée en jardin poétique) une collection d’objets et de manèges parfois centenaires et issus du monde forain ou du spectacle. Des trésors dépoussiérés et reprenant vie à nouveau : chevaux de bois, stands de tir d’époque, automates et carrousels offrent un spectacle d’une autre époque. Quelle surprise de voir petits et grands pédaler sur un manège de vélocipèdes d’époque, vieux de plus de 100 ans !

Mais en ce qui me concerne, l’endroit le plus magique n’est autre que le Magic Mirror. Contrairement à ce que la plupart des gens imaginent, ce salon n’est pas une galerie de glaces, mais une salle de bal itinérante des années folles, circulaire, avec du parquet au sol et habillée de plus de 600 miroirs biseautés. Ainsi, les danseurs reflétés dans le miroir tout autour de la salle donnaient l’impression qu’ils étaient encore plus nombreux qu’en réalité ! Ce lieu chargé d’histoire est un trésor du patrimoine : il n’en existe plus que 5 dans le monde !

Vous l’aurez compris, je n’aurai d’autre recommandation que de rentrer dans la danse du Musée des Arts Forains ! Et que le spectacle commence…

Musée des Arts Forains – Visite à booker en ligne ici 
53 av des Terroirs de France
75012 Paris

Dans le boudoir de Marilyn Feltz

Au plein cœur du 2e arrondissement de Paris, niché dans l’un des pittoresques passages couverts que Paris offre, entre un disquaire et un ébéniste, se cache le boudoir précieux de Marilyn Feltz. Voilà bientôt un an que j’ai découvert cette si jolie marque (et leurs créateurs tout aussi charmants) et je suis vraiment heureuse de pouvoir vous parler de cette enseigne à l’univers glamour et rétro qui véhicule des valeurs qui me sont chères.

Certaines d’entre vous ont certainement vu passer plusieurs fois le nom de Marilyn Feltz sur mon instagram, il était donc vraiment temps que je lui consacre un post sur le blog ! Plutôt donc que de faire un long discours, j’ai préféré laisser la parole à sa créatrice, à travers une interview entre glamour Hollywoodien, féminité et savoir-faire Made in France !

marilyn_feltz
Racontes-nous ce joli conte de fées qu’est Marilyn Feltz ! A voir ton parcours si incroyable, on dirait bien que 3 fées ont veillé sur ton berceau !
Notre marque est avant tout notre histoire à Alexis et à moi ! Elle retrace non seulement nos parcours et nos personnalités, mais aussi notre goût pour les talents, les savoir-faires, l’artisanat et les petits trésors cachés ! Après avoir passé plusieurs années à Los Angeles et à Berlin qui ont beaucoup influencé notre style, nous sommes revenus chez nous à Paris en voulant créer le lieu de nos rêves. Ultra-féminin et hors du temps, proposant des vêtements indémodables de par leur qualité et leurs finitions ! Nous voulions aussi mettre en avant le Made in France et le travail à la main, tout en restant fun et accessibles. Et nous sommes très fiers car il semblerait que beaucoup de femmes à travers le monde soient à la recherche de cette authenticité et de cette fraîcheur ! Elles nous ont rapidement trouvé grâce aux réseaux sociaux et au bouche à oreille. Nous avons aujourd’hui une fan-base fidèle aux quatre coins du globe qui suit jour par jour l’évolution de notre marque via notre e-boutique!

Quelle est la pièce que tu préfères dans tes collections ?
Ohlalaa!! Chaque pièce que je dessine est une pièce que je rêve de porter, donc difficile de choisir! J’aime particulièrement les pièces cocktail, comme la cape “Rita” montée dans un jacquard aux motifs Art Déco que nous faisons faire près de Lyon. Je ne me lasse pas non plus de notre blouse décolletée “Yvette” que nous avons déjà décliné en plusieurs versions !

Comment tes pièces sont-elles créées ?
Je dessine mes modèles et ensuite cherche autant que possible mes tissus et boutons chez des artisans français. Je travaille ensuite mes toiles et mes patronages avec un modéliste que j’admire énormément, qui est assez âgé et qui a des réflexes de finitions aujourd’hui oubliés par le prêt-à-porter! Tout cela est ensuite monté dans notre atelier parisien et vendu exclusivement dans notre showroom, 17 passage Bourg l’Abbé, ou sur notre e-boutique http://www.marilynfeltz.com.

Tes sources d’inspiration ?
Je m’inspire souvent de lieux qui m’ont touché, souvent associés à la nuit et à la musique. Il y a longtemps, quand je vivais à Hollywood, j’allais souvent dans des dive bars, au Frolic Room par exemple (où à été tourné plusieurs scènes de LA Confidential, avec une Kim Basinger aux faux airs de Veronica Lake et Rita Hayworth!), au Beauty Bar qui a une déco de salon de beauté des années 50, ou au Burgundy Room et son velours sombre… Ces ambiances très hollywoodiennes et glamour où les femmes étaient très apprêtées se retrouvent dans beaucoup de nos designs ! A Berlin nous sortions beaucoup dans les vieux Ballhaus de l’ère de Weimar, de la fin des années 20. Je pensais beaucoup à Marlène Dietrich quand nous allions y écouter des groupes de jazz. A Paris nous aimons les guinguettes, le Rosa Bonheur, chez Jeannette, et tous les petits bars de Belleville où nous habitons… Mon dressing est fait pour ces lieux, festifs, parfois de séduction, et surtout où tout peut arriver!

Quel est le temps pour imaginer et produire une collection ?
Oh c’est très rapide ! C’est l’avantage du strict Made in Paris et d’avoir tous nos corps de métiers à portée de main! Il ne me faut que quelques jours pour dessiner une capsule ! Ensuite la recherche de matières, de fournitures et de tissus peut prendre plus de temps selon ce que j’ai en tête, mais en général il ne nous faut pas plus de deux mois avant que nos pièces soient disponibles!

Crois-tu en ta bonne étoile ?
Je crois surtout en la force de l’authenticité, de la sincérité, du travail et du courage !

Quelle personne t’inspire le plus ?
Sans aucun doute mon partenaire dans cette aventure et dans ma vie en général, Alexis ! Il sait voir et donner son importance à des petits détails magnifiques que personne d’autre ne voit!

Si tu devais être une diva du Old Hollywood, qui voudrais-tu être ?
Pour être sincère avec toi, être une femme de l’âge d’or d’Hollywood ne me fait pas du tout rêver !! Quand on enlève les strass, ces femmes n’avaient presque aucun droit face aux hommes, ça m’aurait rendue folle ! Moi je suis à 100% une femme de mon époque, et très fière de l’être ! Maintenant jouer avec des codes de l’esthétisme de l’époque, remettre en avant la féminité et des courbes qui n’existent plus dans le prêt-à-porter et les adapter à la vie d’aujourd’hui, je dis oui !!

J’ai entendu dire que Dita Von Teese était l’une de tes clientes fidèles, l’as-tu déjà rencontrée ? (Tu risques de faire une jalouse en ma personne !)
Oui nous nous sommes déjà rencontrées, et elle possède plusieurs pièces de notre collection. Quand elle a reçu sa première commande, elle m’a envoyé un mail pour me dire à quel point elle était sensible au fait que nous faisons travailler les ateliers de broderie du nord de France, d’où est originaire Alexis. J’ai trouvé cela génial qu’elle se rende compte de l’importance que ça pouvait avoir !

Qu’est-ce que le glamour, selon toi ? Et quel est ton geste quotidien glamour ?
Le Glamour pour moi c’est la façon dont chaque femme s’affirme, chacune à sa façon pour se sentir belle, sans essayer de mimer qui que ce soit! Je pense qu’être une femme implique plusieurs petites attentions et gestes à faire chaque jour ! Mon geste glamour ? Il y en a plein, mais le plus important est de faire sourire mon homme!

Plutôt Princesse, ou Pin-up ?
Ni l’une ni l’autre ! Juste une Femme, avec un grand F et avec tout ce que cela implique de merveilleux !

Sur PID, nous sommes des beauty junkies ! Donne-nous tes 3 produits de beauté préférés et celui dont tu ne pourrais absolument pas te passer !
J’adore les Velvetines de Lime Crime, je les ai pratiquement toutes! Leurs couleurs sont incroyables et tiennent dix fois plus que les autres rouges à lèvres! J’aime aussi les jolies manucures mais je ne supporte pas du tout les faux ongles! J’utilise plusieurs fois par semaine la base Millionails de Essie qui rend mes ongles complètement incassables! Et enfin le parfum à la fleur d’amende de Campos de Ibiza que je porte depuis des années.

La musique semble être un vecteur important d’inspiration pour toi, et en tant qu’ancienne journaliste musicale, cela semble tout à fait légitime ! Quelle est ta chanson fétiche ?
Impossible de n’en choisir qu’une ! La musique nous accompagne constamment et est notre principale source d’inspiration! Quand nous nous sommes rencontrés nous écoutions sans cesse Berlin de Lou Reed, à notre mariage nous avons choisi Les Parfums de sa Vie de Art Mengo pour notre première danse, et pour la première vidéo de la marque Profite de Biolay et Vanessa Paradis… Mais il y en a des millions d’autres 😉

Paris ou L.A ?
L’une ne va pas sans l’autre !

Quel conseil donnerais-tu à celles qui veulent suivre leurs rêves ?
Ne jamais essayer de copier qui que ce soit, ne pas avoir peur, être réaliste.

Enfin, donne-nous 1 mot que tu aimes et qui te correspond :
Femme.
IMG_7065

IMG_7067 IMG_7068 IMG_7070 IMG_7073

IMG_7046 IMG_7047 IMG_7048 IMG_7051 IMG_7053 IMG_7057

Retrouvez la jolie Marilyn et son mari Alexis dans leur boutique showroom (un petit joyau vintage !) au 17 passage du Bourg L’Abbé dans le 2e arrondissement, sur leur eshop et leur Instagram !

Some like it hot!

vintage4bis

Aujourd’hui, je suis très très fière de vous présenter cette série photos en duo avec une invitée spéciale sur le blog ! Si vous appréciez le vintage (et c’est certainement le cas si vous traînez vos derbies pailletées ici), vous connaissez déjà certainement le blog de cette fille à la crinière magique, tantôt rousse, tantôt violette !

vintage16bis

La jolie Fériel du blog Matoushi est une rencontre unique que je dois à mon travail (et je ne cesserai jamais d’être reconnaissante pour ce que mon travail m’a permis de rencontrer de gens incroyables, dont Jess, d’ailleurs – de gens moins incroyables, aussi, mais mieux vaut les oublier, non ? -) et c’est le genre de personnalité que j’apprécie énormément : toujours tirée à quatre épingles, avec qui on se sent à l’aise en un rien de temps et qui peut aussi bien débattre de ses dernières acquisitions de rouges à lèvres (dont elle a la collectionnite aigüe comme moi), que de l’élection de Donald Trump ou de sa dernière lecture de métro. Enfin, elle et moi partageons un amour immodéré pour la mode des années 20 à 60 (et même un peu avant, d’ailleurs), alors autant vous dire qu’entre nous deux, le courant est très vite passé.

vintage5bis

vintage6bis vintage7bis

Bref, on a très vite trouvé de nombreux points communs, et cette compatibilité se retransmet aussi en photos car il n’est souvent pas évident de poser pour la première fois avec quelqu’un. Et étonnamment, et en dépit du froid de CANARD qu’il faisait ce jour-là, la série fonctionne incroyablement bien (enfin, je trouve, et j’espère qu’elle vous plaira !). Et je pense que nous avons aussi notre place toute trouvée à Hollywood car nous feintons à la perfection le bien-être et la complicité, alors que nous étions frigorifiées (il faisait près de 0 degré ce jour-là…).

vintage2bis vintage3bis

Un grand merci à toi, ma chère Fériel, et à ton copain, à qui nous devons ces photos ! Retrouvez également le look complet de Fériel sur son blog, juste ici (et dont je raffole des looks toujours aussi vintage et sophistiqués).

vintage13bis
vintage15bis vintage16bis vintage17bisvintage20bislaurabella8

laurabella3laurabella5 laurabella6

vintage22bis vintage23

laurabella1 laurabella2vintage25

Je porte…
Un body/chemisier ROUGEGORGE (collection actuelle)
Une jupe en brocart MORGAN
Une broche (pour fermer le body) SWAROVSKI x SHOUROUK
Un bracelet SWAROVSKI
Des boucles d’oreilles à pompons H&M
Une écharpe en fausse fourrure ASOS
Un manteau en fausse fourrure MORGAN
Des salomées SAN MARINA
Un sac brodé BOCAGE (collection actuelle)
Un parapluie bisous acheté au CRAZY HORSE ^^
Maquillage : Vernis OPIMalaga Wine” et Rouge à lèvres ROUGE BAISERorchidée