Loretta Banana

Year: 2018

Frissons #1 : Le Dahlia Noir

Ah… Los Angeles, son cinéma Hollywoodien, ses paillettes, ses décors en carton-pâte et… ses étoiles du 7e art ! Et c’est précisément du vieil Hollywood et de ses starlettes dont je vais vous parler aujourd’hui, mais d’une manière un peu plus sinistre que ce à quoi vous pourriez vous attendre. (La Californie et plus précisément Los Angeles, regorgent d’histoires sordides dont je suis absolument friande, surtout si celles-ci mélangent faste d’autrefois et horreurs en tout genre.)

Si beaucoup des stars déchues, telles Marilyn Monroe ou encore Jayne Mansfield, ont trouvé la mort directement (ou tout du moins en partie) à cause de leur succès, il en est une qui a trouvé le succès dans la mort. Funeste destin, non ? Mais nous sommes à Los Angeles, et là-bas, tous les fantasmes, même les plus macabres, y sont permis.

L’HISTOIRE DU DAHLIA NOIR

La jeune femme dont je veux vous parler aujourd’hui se prénomme Elizabeth Short, et elle a été assassinée en janvier 1947 alors qu’elle n’avait que 22 ans. On la connaît plus communément sous le nom énigmatique de Dahlia Noir, pseudonyme qui lui a été donné par les habitués d’un bar de Los Angeles dans lequel elle aimait traîner, en raison de sa beauté et de ses tenues, toujours noires, ainsi que de sa chevelure habillée d’un dahlia. Un an auparavant sortait également le film Le Dahlia Bleu, et il est fort probable que l’oeuvre ait certainement dû les inspirer d’une manière ou d’une autre.

Cette femme d’une grande beauté s’était installée à Los Angeles avec l’espoir d’y trouver la gloire, en espérant, comme beaucoup des jeunes femmes de son âge, percer dans le cinéma et devenir une icône du tout Hollywood. Malheureusement pour elle, le succès est arrivé, mais seulement après sa mort, lorsqu’elle fut retrouvée mutilée dans un terrain vague d’un quartier de Los Angeles, qui n’était à l’époque pas habité (la ville est encore en construction à ce moment-là).

Loin d’être un crime ordinaire, le Dahlia Noir présente tous les éléments nécessaires à la pression médiatique : une jeune femme jolie et sauvagement assassinée : elle a été démembrée – son corps coupé en deux – vidé de son sang, lavé, et pire encore : sa bouche est entaillée d’une oreille à l’autre, l’affublant d’un ersatz de sourire démentiel, semblable à celui du Joker dans Batman.

Tous les ingrédients sont là pour hisser cet assassinat sordide en thriller morbide populaire qui, plus de 70 ans après, continue de fasciner. Et pour cause : son assassin n’a jamais été vraiment identifié. Pire : les élucubrations souvent délirantes pullulent encore aujourd’hui à son sujet, et de nombreux ouvrages n’ont cessé de voir le jour, ici et ailleurs, pour tenter de démasquer le tueur. Qu’il s’agissent de Janice Knowlton et son “Daddy Was the Black Dahlia Killer“, publié en 1995 ou Steve Hodel et son “Black Dahlia Avenger“, sorti en 2003, la conclusion reste la même : tous deux affirment, (en “oubliant” certains éléments discréditant qui viendraient contrer leur verdict) que leur père est bel et bien l’assassin du Dahlia Noir.

Mais ils sont loin d’être les seuls à divaguer en élucubrations, et de nombreux quidams un tant soit peu illuminés se sont, au fil des années, eux aussi réclamés d’être l’assassin du Dahlia Noir. Toujours est-il que ni la police, ni les services d’enquête ou même les journalistes n’ont pu percer ce secret, laissant planer le mystère du Dahlia Noir des dizaines d’années après.

Pour aborder le sujet, je vais vous parler de l’affaire sous différents prismes : un podcast, un roman, un film et une enquête.

LE PODCAST : L’affaire du Dahlia Noir dans “L’heure du Crime”

Si cette longue introduction vous a intrigué.e.s, alors je ne peux que vous conseiller de prendre 40min de votre temps pour écouter le podcast de Jacques Pradel sur le sujet. Il m’est difficile de vous raconter les détails de cette histoire ici, d’une part car certains d’entre eux sont particulièrement violents et horrifiants, mais il y a surtout beaucoup trop à dire. Ce podcast est une vraie mine d’or, tant sur l’histoire d’Elizabeth Short que sur les interviews des intervenants de l’émission : deux principales théories se font face, celle de Steve Hodel (dont je vous parlais un peu plus haut), un ancien flic américain qui accuse son père, un chirurgien haut placé, d’être le tueur du Dahlia Noir. De l’autre, c’est l’écrivain et expert criminologue Stéphane Bourgoin qui prend la parole pour défendre une autre hypothèse, celle d’un serial killer connu pour d’autres faits, tout aussi sordides.

En lisant la suite de l’article, vous constaterez que j’ai déjà ma petite opinion sur le sujet, et que c’est à mon sens cette deuxième théorie qui me semble la plus probable. Mais avant d’en discuter, je vous invite vivement à écouter le podcast pour vous familiariser avec le sujet.

LE ROMAN : Le Dahlia noir de James Ellroy

Il y a environ un an, je m’étais déjà plongée dans l’histoire du Dahlia en me consacrant à la lecture du livre de James Ellroy. Un roman noir, extrêmement haletant, lourd en rebondissements et absolument addictif. L’histoire reprend la trame principale de l’assassinat du Dahlia Noir, toutefois, l’énigme trouve finalement un assassin, ce qui, comme vous l’aurez compris, n’est pas le cas de la vie réelle. Il s’agit donc d’une fiction, qui reste néanmoins fidèle à certains détails, et dans laquelle j’ai adoré me plonger, à savoir dans un Los Angeles abyssal, sombre et angoissant. Une lecture que vous devriez ajouter à votre liste, même si elle ne reste que de la fantaisie, un produit dérivé supplémentaire à ajouter au cold case du Black Dahlia.

LE FILM : Le Dahlia Noir de Brian de Palma

C’est précisément par ce biais que j’ai été confrontée, il me semble, pour la première fois à l’histoire du Dahlia Noir. Un film noir, à l’ambiance oppressante et pourtant terriblement esthétique, signé du Maître en la matière, Brian de Palma. Je ne vais pas m’étendre en détails sur ce film car je suppose que beaucoup d’entre vous ont certainement dû déjà le voir, mais cela reste, et cela me regarde, un très bon film, malgré les critiques plutôt mitigées.

Une fois de plus, ne comptez pas sur cette oeuvre pour résoudre le mystère, elle est une adaptation pure et simple du roman dont je vous ai parlé juste au-dessus, par James Ellroy. Toutefois, je ne boude pas mon plaisir lorsque l’on me sert un Josh Hartnett affublé d’un style 40’s et que j’ai le plaisir de profiter d’un Los Angeles aussi beau que hanté par des âmes torturées.

L’ENQUÊTE : “Qui a tué le Dahlia Noir ? L’énigme enfin résolue” – Stéphane Bourgoin

Nous y voilà. C’est certainement l’un des livres les plus éprouvants mais les plus fascinants qu’il m’ait été donné de lire. Près de 500 pages d’enquête, aussi effroyables qu’addictives. J’ai réservé cette lecture à mes trajets en transport en commun, mais croyez-moi, il m’était difficile de ne pas rouvrir ce livre une fois arrivée chez moi. (Mais comme je ne tiens pas à cauchemarder de tueurs en série, j’ai préféré le laisser dans mon sac !)

Stéphane Bourgoin, si vous ne le connaissiez pas déjà, est un auteur spécialiste en criminologie, et plus particulièrement sur le sujet des tueurs en série (thème Ô combien fascinant, s’il en est). Il est aussi un enquêteur hors pair, et c’est bien ce qui ressort de cette lecture. L’écrivain a en effet une quête obsessionnelle, celle de trouver le tueur du Dahlia Noir. Fasciné depuis très longtemps, il avait déjà, il y a bien des années, rédigé un premier livre sur ce sujet. Toutefois, cette dernière enquête extrêmement (et la plus) aboutie, est le travail de vingt très longues années et le fruit de nombreuses investigations, qui mène finalement l’auteur a révélé – selon lui – l’identité du tueur.

Il passe au peigne fin toutes les théories, des plus abracadabrantes aux plus plausibles, livre les détails les plus incroyables sur l’enquête, souvent même déconcertants (notamment sur le suivi de police des plus hasardeux), et truffe le livre de photos qui illustrent son récit. Je dois toutefois vous mettre en garde : toutes sont en noir et blanc (donc visuellement moins agressives) mais certaines sont difficilement soutenables pour les âmes sensibles. (Autant vous dire que je n’osais pas regarder les gens qui avaient le malheur de profiter de ces images lors de mes lectures en métro…)

Je ne saurai vous en dire plus, car je ne compte ni vous spoiler ni vous résumer 500 pages en quelques lignes, mais à force de recoupements, de persévérance et de raisonnement logique, je dois dire que la théorie de Stéphane Bourgoin m’a convaincue. Toutefois, même si les faits sont souvent difficiles et le contenu bouleversant, l’auteur écrit avec une légèreté et une fluidité fascinante, ce qui rend la lecture, du moins sur sa forme, très facile, intelligible et rapide, en dépit de tous les détails qui y sont passés au crible.

Décortiquer autant de faits et d’éléments minutieux, les rapprocher et les étudier face à d’autres meurtres de tueurs en série a dû être un travail de titan (et je comprends mieux qu’il ait fallu tout ce temps pour retracer un crime vieux de 70 ans). Je me suis également posée de nombreuses questions sur les raisons de tout ce battage médiatique autour du Dahlia, tant d’années après. Sur ma propre fascination, même, sur ce crime sordide, et sur ce qu’elle dit sur notre société. Mais c’est un élément de plus qui restera énigmatique. Le Dahlia Noir restera pour toujours auréolé d’un voile de mystère, une réflexion que James Ellroy a su parfaitement mettre en mots. Ils seront la conclusion de cet article.

« Le Dahlia noir est un fantôme, une page blanche qui exprime nos peurs et nos désirs. Une Mona Lisa de l’après-guerre, une icône de Los Angeles. »

Dapper Day Automne 2018 à Disneyland Paris !

Au cours du mois de Septembre 2018, j’ai participé à mon troisième #DapperDay à Disneyland Paris, en compagnie de ma troupe favorite d’acolytes magiques que sont Lulla, Doren et Oli. Et cette fois-ci, ma jolie amie Yasmine était également de la partie ! C’était aussi l’occasion de recroiser (et papoter) avec des personnes que j’adore, comme la délicieuse Sillykat, ou encore la douce Rose Grey et Bulle de mint, la Alice in wonderland de la journée qui endossait également le rôle si convoité de photographe officiel de la journée.

Si vous ne vous souvenez pas en quoi consiste le Dapper Day, je vous conseille vivement de vous rendre sur mon article datant du mois de mai dernier, dans lequel vous pourrez en savoir davantage (et aurez l’honneur accessoirement de profiter de ma tenue précédente).

En bonne compagnie avec mon cher Doren !

Nous avons été vraiment gâtés au niveau de la météo, car il faisait un temps magnifique, voire même presque trop chaud l’après-midi pour nos photos ! C’est d’ailleurs aussi pour cela que les photos sont si surexposées (et que j’ai un peu l’air d’un fantôme translucide, mais ce n’est pas si grave étant donné l’inspiration de ma tenue).

J’ai l’impression que cet événement, déjà très suivi aux USA, prend de plus en plus d’ampleur, car il y avait un monde fou, surtout quand je compare au 1er Dapper Day auquel j’avais participé il y a deux ans… C’est assez amusant de voir autant de personnes passionnées par Disney mais aussi par le vintage, et cet anachronisme vestimentaire qui surprend à chaque recoin du parc et semble tant amuser les visiteurs. Nous avons été arrêtés un nombre incalculable de fois par des guests nous demandant la raison de notre accoutrement (en réalité pour moi c’est tous les jours, mais ça c’est effectivement une autre histoire !)

Pour ce Dapper Day, je n’avais pas envie de m’inspirer spécifiquement d’un personnage de Disney, mais plutôt de me réapproprier l’univers de la Hollywood Tower Hotel (ou Tower of Terror (TOT) pour les intimes). Cette attraction puise en effet son inspiration dans la série The Twilight Zone (La 4ème Dimension en français) et plus particulièrement autour d’un épisode conçu spécialement pour l’attraction, et qui s’intitule “Tower of Terror” et que vous pouvez voir ci-dessous (je vous incite à le faire, genre vraiment).


Alors autant vous le dire tout de suite : cette attraction me terrifie et je pense avoir laissé quelques cheveux et cris dans la 4e dimension (pour ne rien dire d’autre haha – les intéressés sauront), mais pourtant je ne peux m’empêcher de m’y empresser à chaque fois car j’adore le travail d’architecture et de décoration à l’intérieur qui y a été fait, et qui s’inspire notamment de l’Art Deco et du Pueblo deco. D’ailleurs Disney y avait consacré une vidéo (en français) juste ici et on peut aussi trouver quelques articles comme celui-là si le sujet vous intéresse.

Pour ma part, en grande amatrice de Old Hollywood, de starlettes maudites et autres faits divers étranges, je me suis pris en amour pour cette attraction et le storytelling qui y est conté. Et j’y suis d’autant plus attachée que sa version Californienne a disparu au profit d’un thème Marvel… J’espère donc que Disneyland Paris la conservera le plus longtemps possible !

En bref, la Hollywood Tower Hotel et moi c’est un peu une histoire d’amour (dois-je avouer que j’écoute même les musiques jazzy et spooky du lobby sur YouTube avec leur effet d’écho ?), et j’ai une admiration (certainement totalement démesurée) pour la starlette qu’on aperçoit dans le film (et qui a les pin-curls les mieux brushés de la terre).

Bref, j’ai donc, modestement et à mon niveau, essayé de m’inspirer de l’attraction, et c’est la raison pour laquelle j’ai principalement choisi la terrasse qui se trouve juste avant l’attraction pour faire mes photos, prises par ma Lulla!

J’espère que celles-ci vous plairont, et retrouvez à la fin quelques autres photos de mes acolytes ! N’hésitez pas à me dire si vous participerez au prochain Dapper Day ⭐

Avec ma jolie Sillykat

Pour cette tenue, je porte :
Une robe ASOS (que je portais au mariage de mon frère…)
Une veste en fausse fourrure PRIMARK (d’il y a au moins 5 ans)
Un foulard en soie LOLITA LEMPICKA
Des collants couture CALZEDONIA
Des sandales LA REDOUTE
Des boucles d’oreilles SWAROVSKI
Un bracelet PROMOD (dispo encore en boutique)
Une bague REGAL ROSE
Des gants vintage (chinés à Berlin)
Un sac VENDULA LONDON (collection Cinéma)
Un poudrier d’inspiration vintage ANNA SUI


Les adorables Rose Grey et Bulle de Mint
Mes jeunes mariés préférés.
Jalousie extrême pour cette photo absolument parfaite.

Dans ma bibliothèque#6 : Roaring 20’s et babydolls sous amphetamines

« Reading gives us somewhere to go when we have to stay where we are. » (Lire nous donne quelque part où aller quand nous avons à rester là où nous sommes)

Pour ce tout nouveau volet dans ma bibliothèque, je vous emmène dans ma machine à remonter le temps, tout d’abord dans le Paris qui swingue des 20’s puis de l’autre côté de l’atlantique, durant les années 50, dans le terrible monde du showbusiness ! En voiture, Simone !

Claude Izner – Le Pas Du Renard (Editions 10-18)


Voilà 1 an que cette couverture revenait sans cesse dans mes suggestions d’achats de bouquins (car même si je privilégie ma très belle et grande librairie indépendante, il m’arrive de céder, dans la précipitation, aux sirènes d’Amazon…). Puis un jour, au hasard de mes déambulations en boutique, je tombe à nouveau sur cette couverture. Je cherche justement de quoi combler ma soif de lecture, alors il m’en faut peu pour me décider !

Je l’embarque et le lis très rapidement, tant j’ai été happée par ce décor si fidèle au Paris des années 20 qui danse le fox-trot et s’encanaille dans les cabarets pour oublier la misère de la fin de la guerre. On y suit les aventures d’un jeune pianiste talentueux, Jeremy Nelson, tout droit débarqué des Etats-Unis et qui rejoint la pas si joyeuse troupe du Mi-Ka-Do, un music-hall de Belleville.

Malheureusement pour le protagoniste (mais heureusement pour nous joyeux lecteurs avides d’histoires romanesques), les choses vont vite se gâter pour l’Américain qui, au gré de ses rencontres et de sa vie Parisienne, va assister malgré lui à de mystérieuses disparitions, et le propulser dans un rouage infernal mettant sa propre vie en danger !

Ainsi donc, en plus d’être un roman historique, Le Pas du Renard est surtout une enquête parfois dure à démêler, car les protagonistes sont nombreux et il vaut mieux ne pas se laisser déconcentrer pendant sa lecture, au risque d’être totalement perdu comme je l’ai été parfois dans l’énigme ! C’en est donc parfois un peu déroutant, et on est bien content, je l’admets, d’arriver aux dernières pages pour comprendre véritablement le sens de toute cette mascarade.

Néanmoins c’est un roman que j’ai adoré lire, ne serait-ce que pour le talent d’écriture indiscutable des auteurs, deux soeurs qui utilisent le pseudonyme de Claude Izner pour signer leurs ouvrages. Si comme moi vous êtes très attaché.e.s aux vieilles expressions désuètes de Français, alors ce livre va vous régaler. J’ai ainsi pu ajouter de nombreuses expressions à mon vocabulaire (comme “charrier dans les bégonias“), ce qui fait souvent rire mon entourage et que ma mamie aurait certainement adoré. En somme, même la rédaction du livre reste fidèle à l’époque et cela relève à mon sens d’un sacré tournemain ! Bref, il me tarde de lire la suite, “La femme au serpent“.

A lire si… vous aimez bien sûr les Roaring Twenties, et surtout Paris, que vous êtes un fan de Cluedo ou d’Agatha Christie, et surtout que vous n’êtes pas effrayé.e.s par les tournures de phrases vieillotes et parfois un peu alambiquées (synonyme de charme pour ma part).


Jacqueline Susan – La Vallée des Poupées

Des années que je lorgnais sur ce titre sans pour autant jamais me le procurer. Il faut dire que La Vallée des Poupées a fait parler d’elle, ne serait-ce que par son adaptation cinématographie avec la superbe et regrettée Sharon Tate. Et chose suffisamment amusante pour que je le précise, ma délicieuse amie Yasmine me l’a justement offert en cadeau d’anniversaire, alors même que je venais de le lire ! Autant dire que cette jeune demoiselle me connait fort bien !

Je trouve d’ailleurs cette anecdote extrêmement touchante car même si La Vallée des Poupées parle avant tout du monde scintillant du show business (mais qui s’oxyde aussi vite qu’il vous engloutit), il parle aussi d’amitié entre trois femmes. Et autant vous le dire tout de go : si le roman commence au firmament de la vie de ces trois sublimes protagonistes, douées, belles comme le jour ou intelligentes (et parfois tout cela à la fois), les choses vont vite se gâter à mesure que leur réussite sociale les élève.

Critique glaçante du miroir aux alouettes qu’est le succès dans le monde du spectacle, du divertissement et de la publicité, c’est aussi une époque qui est dépeinte, celle des années 50, et la condition des femmes qui y est évoquée. Car oui, les femmes, ou les “poupées” que l’on observe avec fascination sur la couverture sont au centre du roman, mais elles se partagent la vedette avec d’autres sortes de poupées : une ribambelle de pilules, de la plus anodine à la plus dévastatrice, et elles précipiteront la chute de nos trois nymphes à succès.

En somme, j’ai adoré et dévoré ce bouquin, et en suis devenue accro le temps de ma lecture (à croire que les poupées ont fait aussi leur effet par l’écriture). Pour autant, j’en suis ressortie exténuée, fatiguée et profondément blessée (au point de laisser couler quelques larmes), tant le destin de ces trois femmes est dur à avaler – comme finissent par l’être leurs pilules. Mais je ne veux en rien vous gâcher l’histoire, tout ce que je peux vous dire c’est que ce livre est iconique, qu’il a été jugé subversif lors de sa sortie en 1966, et je peux dire que je comprends pourquoi !

A lire si… Honnêtement, vous n’avez aucune bonne raison de vous dispenser de ce livre ! D’autant que sa lecture est facilement transposable à notre époque, à cette course intenable et infernale à la célébrité sur les réseaux sociaux et à la (trop grande, à mon goût) divulgation des drogues et psychotropes. Je connais bien trop de personnes qui ont cédé aux tentations des paradis artificiels (et je ne les juge pas, mais quel gâchis malgré tout !), et que vous en fassiez partie ou pas, cette lecture provoquera sûrement quelque chose en vous !

 

Eloge de la féminité : partie 1

Ahhh, la féminité ! Un grand mot qui résonne presque parfois comme un gros mot. Je m’attèle ici à un sujet qui n’est pas des plus simples à traiter (et que j’espère exprimer comme il faut), mais pourtant je me sens légitime à l’effleurer, ne serait-ce que par ces quelques lignes, tant il me fait autant de bien, mais parfois aussi un peu de mal, quand j’y pense.

Récemment, une amie qui m’est chère, Laëtitia du blog Eleusis & Megara, postait sur son Instagram une très jolie photo d’elle sur laquelle elle portait une robe rouge extrêmement féminine, puis elle s’interrogeait sur la question de la féminité dans sa légende, expliquant qu’elle avait parfois du mal à l’assumer et l’extérioriser notamment avec ce genre de vêtement, un peu trop glamour et qui passe difficilement inaperçue. Puis elle parlait ensuite de moi, et de ma façon d’assumer mon style et ma personnalité qui, il est vrai, est assez féminine. J’ai bien sûr été très touchée, mais bien qu’aujourd’hui cela paraisse assez naturel aussi bien pour moi que vis à vis des autres, cette manière de vivre ma propre féminité n’a pas été toujours aussi simple. J’aurais plutôt tendance à l’expliquer comme un chemin de croix, et c’est la raison qui m’a poussée à écrire ce post que je préfère scinder en plusieurs parties pour en faciliter la lecture.

Être féminin.e

Car oui, on dit bien “être féminine”, pour parler d’une femme coquette, mais jamais “d’être féminin”. Pourtant, je ne trouve pas cela si saugrenu que cela de vouloir l’employer au masculin. La féminité n’est à mon sens, pas réserver à un genre (et tant pis si ça dérange la bienséance), et un homme a parfaitement le droit de vivre sa féminité, qu’elle soit extrêmement édulcorée ou complètement assumée.

Pour autant, même du côté des femmes, la féminité fait peur.

Elle effraie. Autant celles et ceux qui la reçoivent, que souvent celle (et surtout celui) qui l’émet. Un peu comme si assumer et accepter cette part de femme faisait appel au pêché originel et rappelait quelque chose de dangereux, de sournois, d’artificiel, d’insoumis. Ou tout au contraire, serait juste là pour satisfaire les désirs de ces messieurs. Et c’est d’ailleurs souvent pour cela qu’elle est aussi souvent opposée au féminisme.

Combien de fois ai-je entendu des raccourcis qui me laissent encore pantoise sur le fait qu’une féministe ne devrait pas (sur)jouer de ses atouts, au risque de desservir la cause des femmes ? Ahem. C’est aussi idiot que de jeter le premier bâton de lipstick à celle qui porte une jolie fausse fourrure pour prouver que l’ont peut faire aussi bien que de la vraie, sans faire de mal. Bref, vous voyez un peu l’idée ? C’est précisément ce dont je veux parler aujourd’hui. Le sujet étant si vaste, j’ai essayé de le disséquer sous différents aspects que je découperai en deux articles, en espérant que cette lecture résonnera en vous et que je ne serai pas trop maladroite dans ma manière de vous l’amener !

De l’importance du Féminin

Une bonne fois pour toutes, faisons fi des genres !
OUI, le féminin est important, et NON, définitivement, NON, il n’a pas à rester cloîtré dans un genre en particulier. Tout autant que chaque femme a le droit de jouer des codes du masculin, le féminin devrait pouvoir être vécu de mille et une manières différentes, à la façon de chaque individu, quelque soit son sexe, sa sexualité, et son envie. Je n’ai pas l’intention de rentrer sur un débat concernant les genres, car ce n’est pas mon sujet ici, mais il me semblait nécessaire de l’effleurer car si pour moi la féminité est une partie essentielle de ma personnalité, je ne jugerai JAMAIS par exemple une femme qui ne souhaite pas exprimer complètement la sienne. Et de la même manière j’encouragerai un homme à l’explorer sans honte, juste pour balayer les frontières aveuglantes du patriarcat et essayer de regarder son style de vie et le monde qui l’entoure avec un regard neuf et différent.

Par exemple, on pointe souvent du doigt les hommes jugés trop sensibles avec ce qu’on appelle communément “leur part de féminité”. Je trouve cela idiot et complètement sexiste, et à mon sens un homme qui accepte sa sensibilité est bien plus un Homme que ceux qui prétendent le contraire. Enfin, avouer sa fragilité n’a rien de honteux, être sensible non plus, et je m’étonne même que le parallèle soit constamment fait avec le terme de “féminin”, car je peux vous assurer que certain.e.s femmes en sont totalement dépourvues ! Ce qui m’amène d’ailleurs au point suivant :

Assumer sa propre féminité

Je vais prendre mon histoire car je n’aurai pas de meilleur verbatim à ce jour !
Depuis toute petite, j’ai toujours fait preuve d’une grande coquetterie, sans que mes parents ne forcent quoique ce soit. Je voulais des jupes qui tournent, des hauts qui dévoilent les épaules “comme la fille dans Zorro” et j’aimais piquer le maquillage de ma mère. Comme beaucoup d’enfants en fait. Puis j’ai vécu une puberté assez précoce : hop, les nichons qui pointent sous mon petit tee-shirt blanc à motif poisson de “petite” fille en CM2, les garçons qui regardent et font des commentaires dans les vestiaires, alors que je joue encore à la marelle. Un peu comme si mon corps de femme apparaissait alors que mon innocence était encore intacte, et mon cerveau incapable de gérer ce changement trop brusque.

S’en suit une puberté extrêmement difficile à (di)gérer, le début de mes anxiétés (que je cachais bien sûr), mon corps qui change, et l’impression d’être un monstre (et je n’exagère pas). A cette époque, je me rappelle très sérieusement me dire que je dois certainement être la personne la plus moche sur terre (j’en rigole maintenant, car bon, la plus moche, faut y aller quand même).

Je finis par me cacher sous des survêtements Kappa abominables (qui à mon grand désarroi, et ça ne regarde que moi, sont remis au goût du jour depuis peu) et je rejette toute sorte de féminité en moi. Ce petit manège dure quelques temps pour finalement laisser place à une féminité dépoussiérée, que j’apprends à redécouvrir. Je ne gère plus les codes de féminité que j’avais trop longtemps laissés au placard, mais je me rappelle être fascinée par les stars Hollywoodiennes d’antan et leurs chevelures crantées (certaines choses ne changent pas !).

Britney et X-tina sortent de l’ombre et soudain, je sens cette petite lueur se réveiller en moi. Bien sûr, ça n’a pas été toujours du meilleur goût et immédiat, mais c’est ainsi que ma féminité a commencé à se (re)faire une place dans mon dressing, puis dans ma salle de bains. Doucement, les joggings informes ont laissé place à des pantalons plus étroits, jusqu’à finalement laisser la place à la Femme que je suis devenue, sans honte, sans forcer. Pour autant, je n’arrivais pas à trouver exactement mon style, jusqu’à il y a 4 ans environ. J’étais trop absorbée par ce que les diktats, la mode et la société voulaient bien me faire porter, et j’avais du mal à trouver où épancher ma soif de rétro, de glamour, ni comment la porter !

La peur. La peur d’être “trop”. “Trop” féminine, “trop” apprêtée, “trop” différente. Trop, trop trop.

On y revient toujours… Cette peur injustifiée et qui fait que l’on se gâche, si souvent. Mais c’était sans compter sur ma personnalité de fille têtue, qui ne lâche pas de si tôt son but. J’ai mis de côté ces petites voix qui m’empêchaient d’embrasser complètement ma féminité, et j’ai appris à cultiver ce style, car même si cela ne fait qu’assez peu de temps que je le porte au quotidien en l’assumant complètement (4 ans ce n’est rien comparé à mon âge canonique), il était latent. Car c’est exactement tout ce que j’ai toujours aimé.

Et finalement, cette peur idiote s’est complètement estompée à l’instant où j’ai envoyé valsé mes craintes et où l’envie de m’assumer a pris le pas sur les questionnements. C’était là, petit à petit : le cran, la force d’être qui je voulais, quand je le voulais, et peu importe ce que les gens en pensaient.

Alors bien sûr, se trimballer avec un maquillage de poulette des années 40, en robe fourreau et chevelure bouclée, ça ne passe généralement pas inaperçue. Mais vous voulez que je vous dise ? J’en ai fait mon parti. J’en fais mon affaire, et c’est ainsi que je me sens moi-même, que ça plaise… ou non. (En revanche, croyez-le ou pas mais je me sens mille fois plus déguisée en jeans et Stan Smith ! C’est vous dire ! Pour autant, si vous vous sentez bien avec un survêt’ Kappa, ou avec une couronne de fleurs sur la tête ou que sais-je encore, et que c’est ce qui vous ressemble, alors fichez-vous bien du regard des autres !).

Après tout, on n’a qu’une vie et se priver de choses qui nous font du bien pour la seule et obscure raison qu’est la peur des autres, c’est quand même sacrément dommage, non ? Rentrer dans le moule pour s’éviter un ou deux regards insistants ? Très peu pour moi !

Je suis toujours un peu attristée quand je rencontre des jeunes femmes qui, au cours de la conversation, me complimentent sur mon style puis m’avouent ne pas oser par peur du regard des autres… Je les comprends, bien sûr, mais j’en suis sincèrement contrariée, également. S’assumer en tant qu’individu n’est déjà pas évident pour bien des raisons, alors sortir du moule signifie se démarquer un peu plus de la foule grise, et donc quelque part s’exposer davantage aux regards, aux commentaires et aux critiques.

Mais à cela je répondrais qu’il faut avant tout être en accord avec soi-même, porter ce que l’on a envie, et s’octroyer le droit (et le devoir vis à vis de soi-même) d’être celui ou celle que l’on veut. Préférez-vous être en accord avec ce que vous êtes ou vous préoccuper de ce qu’un tel pensera dans le métro en vous voyant ? Vous ne le reverrez certainement jamais. Et puis, si ça se trouve, il pensera combien vous avez l’air sensationnelle dans cette robe, non ? Et si ce n’est pas le cas, c’est certainement juste qu’il manque sacrément de goût !

Je vais m’arrêter ici pour cette première partie d’éloge de la féminité et je publierai sans (trop) tarder la seconde partie dans laquelle je m’attacherai à parler du regard des hommes, mais aussi et surtout des femmes. Car croyez-le ou non, je le trouve parfois bien plus virulent et malveillant que celui de ces messieurs. C’est un constat qui m’interroge d’ailleurs sur la sororité et la bienveillance proclamée partout sur les réseaux sociaux, mais qu’on oublie bien souvent très vite dans la réalité. Mais avant de vous en parler, je vous remercie de m’avoir lue, et j’espère surtout pouvoir lire vos réactions en commentaire. Ce genre d’article me prend beaucoup de temps et d’énergie et ces sujets sont sensibles pour moi, alors vous lire me permet aussi de remettre en perspective ce que j’écris, mais c’est surtout un échange.

Merci